Partagez | 
 

 Vamos a la playa ♪ - Piero J. Guarnicionero [enfin terminé Oo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guarnicionero J. Piero

Détenu

Détenu
avatar
► DC : Symington Clyde & Vsevolod Varlaam
• Date d'inscription : 13/04/2015
• Messages : 81
• Piercings et tatouages : Une larme sur la joue gauche, une étoile sur la joue droite de tatouées. Côté piercing, il n'y a bien que mes oreilles.



MessageSujet: Vamos a la playa ♪ - Piero J. Guarnicionero [enfin terminé Oo]   Sam 18 Avr - 11:20


GUARNICIONERO JOSEF PIERO

« Take my hand and come with me to the upper land ♥ »



Informations ;


• Surnoms ; Pierette ne compte pas ♥

• Sexe ; *regarde dans son pantalon* Aucune idée! Tu viens m'aider à trouver? ♪

• Âge ; Plus ou moins 2000 ans avec une marge d'erreur de quelques centaines d'années, voire peut-être d'un millier et des poussières.

• Origine ; Adam et Ève, ça remonte à loin.

• Motif d'incarcération ; Je ne sais pas, je ne m'en souviens plus, j'ai une mémoire de poisson rouge en réalité. Tu es qui déjà? Tu me veux quoi? Tu es un pervers? Un vieux monsieur qui veut me donner des bonbons avec des lames de rasoirs dedans? Iiirk, reste loin! Espèce de taré! Oust, oust! Allez, va chercher le journal comme un bon petit chien. Tu vas voir, y'a une jolie image sur la page couverture avec un joli gros titre sur un scandale politique bien juteux ainsi que le dévoilement d'arnaques à l'arrache par-ci et par-là, c'est super intéressant. Les policiers ont l'air super intelligents, même s'ils ont seulement trouvé la pointe de l'iceberg et qui manquent tout ce qui a sous l'eau ♪

• Sexualité ; Je suis pour l'égalité des sexes ~

• Son but ; T'avoir dans mon lit ce soir évidemment ♥ Hm? Plus sérieusement? Écrire un livre pour enfant ou pour vieux pédophiles. Refusé? Devenir le meilleur acteur d''Hollywood. Toujours pas accepté? Créer un vaccin efficace contre le sida. Tu ne me crois pas? Roh, mais tu devrais faire confiance à mon excellent QI et à mon intelligence hors norme. D'accord, d'accord. Et que dis-tu de joueur de Baseball professionnel? Mais oui je sais tenir une batte, tu veux que je tienne la tienne? Tu verras, j'ai une excellente poigne ♪

• Groupe ; Dissident - parce qu'écouter les gardes, c'est d'un ennuie! Les voir rouge de colère est bien plus intéressant, tu ne trouves pas? Tes joues cramoisies et tes oreilles tout aussi vermeilles doivent être une vue magnifique qui vaut le détour d'ailleurs. On essaye?

• Personnage utilisé ; Hisoka de Hunter X Hunter


Questionnaire ;


Petits signes distinctifs; Tes pas te menèrent près de la salle de bain, tournant alors à gauche à un recoin avant de t'arrêter face à la porte fermée. [He? Et si je voulais tourner à droite, moi?] Tu tournas à gauche, t'approchant de la salle de bain. [Hey! Ne fais pas comme si tu ne m'entendais pas. Je veux tourner à droite. À droite où le couloir me semble bien plus intéressant que ces toilettes crasseuses, à croire que Ryan ne les nettoie pas très bien.] Tu m'entendis soupirer, longuement, alors que je t'ordonnai à nouveau de tourner à droite, espèce de sale personnage qui n'écoute pas un seul mot de ce que je dis. Je veux que tu te regardes dans le miroir, que tu contemples le reflet de ton visage, je ne te demande pas la lune, si!? [Ça me paraîtrait quand même plus intéressant d'essayer de choper la lune que de contempler mon visage légèrement basané que je contemple depuis que je suis né. Tu sais, un peu d'originalité et de renouveau dans ma vie, ça me ferait du bien?] Et une bonne douche froide avec ce gros baraqué là-bas, ça serait bien comme renouveau, hm? [... Okay. Je vais tourner à gauche. Mais n'empêche que la droite était plus jolie, je tiens à le préciser.]

Finalement, tu franchis enfin le seuil de la porte, te dirigeant vers l'un des nombreux miroirs. Ils étaient légèrement sales, voilés de poussière, toutefois, si tu te penchais, tu pouvais t'apercevoir un peu mieux. C'était flou, mais on te reconnaissait. On apercevait ce rouge qui caractérisait tes cheveux, un peu comme une torche qui éclairait la pénombre. [Tu sais, je ne l'ai pas toujours eu rouge, ma tignasse. Je l'ai eu bleue, puis rose, puis noire, puis brune, puis orange, puis grise, puis verte, puis turquoise, puis blonde, puis des mélanges.] Oui, je sais tu aimes te décolorer les cheveux, seulement, pour le moment, ils sont bien roux et amochés, les pointes détestant ton petit manège. Elles sont toutes effilochées! Cela m'amuse, comme tu peux et peux ne pas prendre soin de ta personne. On pense à tes cheveux que tu renvoies vers l'arrière sans toutefois prendre le temps de bien les laver. [Si la prison m'offrait des shampoings parfumés, je prendrais mon temps, crois-moi! Mais ce n'est pas le cas, on pourrait lancer une pétition si tu veux? Ils voudront peut-être, au final.] Il n'est pas interdit de rêver. Après tout. Bref. Devant ce miroir, à l'exception de tes cheveux et de tes yeux dorés qui détonnent de par leur couleur et leur allure mielleuse, la dernière chose qui attire inévitablement le regard, c'est bien ces deux boucles d'oreille se balançant de chaque côté de ta tête. Un peu vieilles, elles sont désormais ternes. Quand je te dis que tu ne prends pas soin de tes choses! [Oh, mais c'est faux, il y a bien une chose à laquelle je prends soin, et ça se trouve dans le fond de mon pantalon ♥].

Taille : 1m87.
Poids : 91 kg.
Tatouages : Une étoile sur la joue gauche et une larme sur la joue droite entre le noir et le bleu foncé.



• Ta musique favorite?

- Le son de la mer et des vagues qui se fracassent contre la plage et les rochers, il n'y a pas plus douce mélodie.

• La partie de ton corps que tu préfères?

- Tout ♪

• Ton animal favori?

- Le renard. C'est mignon les renards, mais pas autant que toi ♥

• Si tu faisais un piercing, où le ferais-tu?

- ... J'aimerais bien m'en passer. Sur mon renard? Tu veux être mon renard? Je suis sûr que tu serais adorable avec des oreilles de renard. C'est décidé, tu es mon renard.

• Masochiste ou sadique?

- Zoophile ~

• Ton jeu préféré?

- Les jeux de cartes et j'aime tout particulièrement la Dame de pique, la roulette russe, le lancer de poids lourd et le tire à l'arc.

• Ta date de naissance?

- Peut-être en juin, peut-être en mai, peut-être en décembre, peut-être en septembre, peut-être en février, peut-être en juillet, peut-être en mars, peut-être en novembre, peut-être en avril, peut-être en octobre, peut-être en août, mais pas en janvier. J'aime pas janvier. Peut-être le trente ou le trente et un, peut-être dans les vingtaines ou dans les dizaines, mais pas le premier. J'aime pas non plus le premier. Et l'année, c'est en l'an 0! Tu sais, en même tant que Jésus dans le temps des romains...

• Es-tu fier de ce que tu as fait jusqu'ici?

- Et toi, es-tu fier d'avoir fait ce questionnaire?

• Si tu avais un pouvoir, lequel serait-ce?

- Lire dans les pensées des gens et connaître tous leurs petits secrets les plus intimes. Et je me demande, les tiens, quels sont-ils?

• Tu as déjà vu un monsieur tout nu?

- Je ne m'en souviens pas.... Je peux te déshabiller, comme ça, ça me rafraîchirais peut-être la mémoire et j'en serais sûr?

• Si demain t'étais un poisson rouge, tu réagirais comment ?

- Je ferais des bulles dans mon aquarium à défaut d'avoir d'autres passe-temps. Ha non, je pourrais aussi en profiter pour te mater à travers ma vitre, ton amour et toi dans vos ébats. Je fixerais en me demandant aux trois secondes ce que vous êtes en train de faire. Alors à chaque fois que ma mémoire repartirait à zéro, je ferais des gros yeux en essayant de comprendre pourquoi tu cries et gémis autant.

• Pégase, poney ou licorne?

- Je prends les trois! Je suis sûr que je pourrais en tirer un bon prix dans un cirque ou dans un laboratoire ♪

• As-tu déjà eu des enfants?

- Oui, à peu près un million. Alors, ils s'appellent à tour de rôle, erreur numéro 1, erreur numéro 2, erreur numéro 3, erreur numéro 4, erreur numéro 5, gang bang numéro 1, erreur numéro 6, erreur numéro 7, SM numéro 1, SM numéro 2, erreur numéro 8, erreur numéro 9, gang bang numéro 2, erreur numéro 10 et puisque erreur commençait à être répétitif, j'ai changé pour accident, alors on reprend, accident numéro 1, accident numéro 2, accident numéro 3...

• Que penses-tu de la nourriture de la cantine?

- Ouvre la bouche et fais « aaaah ».

• Te travestirais-tu pour quelque chose d'important?

- ... Tu veux me contempler vêtu de vêtements féminins? Espèce de pervers!



Personnalité ;


La première chose à dire, c'est que tu es une grande gueule qui aime me couper la parole et t'insérer dans ma narration tout comme tu te mêles bon gré mal gré dans la conversation des autres. [Ce n'est pas la façon la plus sympathique de me présenter! J'aime seulement parler et bavarder, je ne suis jamais à court d'idées pour lancer une discussion et l'animer. Voyons!] L'envenimer, tu veux dire. Tu as plutôt tendance à jouer de mots mesquins et à dire des énormités que même un enfant de deux ans n'avalerait pas. Tu mens comme tu respires, tu ne dis jamais la vérité et pour les rares fois où elle sort de ta bouche, elle se mêle à des calamités. [On a tous son petit jardin secret, non? Et si je crois que ce que je dis est vrai, ce sera donc vrai et bien vrai, même si ça déroge un peu la réalité, ça ne s'en éloigne pas assez pour en être inconcevable!] Ça, c'est un mensonge. Tu es du type à crier sur les toits que tes parents étaient des martiens une journée et, le lendemain, de dire qu'ils étaient des dieux, puis, le surlendemain, de dire qu'ils étaient Africains. Dois-je continuer? [C'est qu'ils avaient beaucoup de nationalités en fait, c'est tout.] Est-ce que tu m'entends soupirer?

Autrement, tu aimes jouer, même un peu trop. Tu aimes faire des paris parfois trop dangereux pour ton propre bien et, lorsque cela tourne au vinaigre, tu prends simplement la poudre d'escampette. Tu te montres lâche, tu n'acceptes que rarement la responsabilité de perdre, tu es mauvais perdant après tout. [Mais qu'est-ce que tu racontes là? Je sais seulement quand tirer ma révérence, il ne sert à rien de rester quand je peux partir m'amuser ailleurs. Et je n'aime pas les gros yeux, qui les aime?] Tu es un trouillard, ne changes pas les mots pour de belles paroles, saleté de beau parleur. Tiens, parlons-en de ça, de cette manie que tu as d'envoûter les femmes comme les hommes avec tes mensonges, leur déclamant de jolis verbes pour avoir une petite baise bien chaude. Espèce de pervers. [Roh, qu'est-ce que tu es coincé! Je leur dis juste des mots d'amour qu'ils aiment, c'est seulement pour passer une belle soirée et ils ne s'en plaignent jamais. Un coup d'une nuit, tu connais? Une partie de jambe en l'air fait toujours du bien, avoue que tu es seulement en manque.] ...

Ahem. Oui, je toussote parce qu'on va passer sous une autre partie de ta facette, que tu le veuilles ou non. Malgré tes airs nonchalants, tu es du type fier, un orgueil surdimensionné trônant dans le fond de ton ventre. Rancunier, tu n'oublies pas un coup bas et tu n'oublies certainement pas de le rendre à l'autre personne fois cent. [Que veux-tu, j'ai une bonne mémoire ♥ ] Tu devrais penser à te rappeler d'autres choses que de ça. Il y a plus important, je crois. Enfin, tu te venges, certes, mais pas par la force brute. Non, tu es rusé comme un renard, mesquin comme un furet, et ta tête fourmille sans arrêt d'idées, de plans qui pourraient s'avérer intéressants. Tu cherches des contacts, tu prévois, ton esprit peut s'avérer étrangement manipulateur, alors qu'aux premiers abords, on le dirait pas. On dirait simplement un imbécile heureux. [J'aime vraiment les considérations que tu as pour moi, ça me rend très heureux, si tu savais.] Tiens, d'ailleurs, l'ironie, tu adores. Te retrouver dans des situations ironiques? Ça te rend fébrile, ça te fait rire. [Il faut bien que je passe le temps! Et ce n'est pas un si mauvais passe-temps, il faut l'avouer. C'est comme mes envies de lecture.] C'est vrai que tu es cultivé, pardon, j'ai tendance à l'oublier. Ça ne te sied vraiment pas, petit arrogant.  Enfin, as-tu un dernier mot à rajouter? J'ai bien hâte de finir ta fiche moi et j'imagine que toi aussi, que tu puisses aller faire tes parties de jambes en l'air, ton autre passe-temps favori, je crois bien. [Oh oui. Tu veux baiser avec moi, dis? ♥] Crève.


Histoire ;


Cette histoire, je la citerai dans ses grandes lignes, car, sinon, monsieur va encore interférer dans ma narration et venir y mettre son grain de sel. [Hey! C'est quand même mon histoire, je peux bien venir y rajouter quelques petits commentaires et embellir les choses. Je l'ai vécue, donc, je la connais bien mieux que toi, logiquement.] Et j'imagine que tu es au courant que je suis la personne qui l'a écrite, la personne qui l'a décidée de A à Z, le grand dieu qui a, au final, dicté toute ta vie et t'a envoyé toute cette charmante merde? Parce qu'on s'entend, elle n'a pas été bien rose ta vie, surtout depuis la perte de ton adorable sœur cadette. [Oh oui, un grand merci pour ce joli enfer que tu m'as fait vivre, je te rendrais donc la pareille en t'interrompant encore et encore et encore. Pour toujours parce que j'en ai bien des choses à dire, c'est bien toi qui m'as foutu une telle grande gueule, assume désormais.] ... Tu n'as pas tort là-dessus, il faut l'avouer.  

On va commencer par le tout début, où tu es né. [Ce qui est assez normal, bravo, tu es logique dans ta méthode. Je ne m'y attendais pas.] Ta gueule. Fais au moins des commentaires constructifs, je te prie! Ahem. Bref, tu vis le jour en Espagne, dans une famille aisée qui tenait plusieurs commerces, dont l'un d'olives. [ Ha oui, les champs d'olives. J'allais souvent m'y perdre avec Agnes, on jouait des heures durant avec les arbustes qui, à l'époque, nous paraissaient si grands, presque gigantesques. Parfois, on imaginait que c'était la maison des schtroumpfs et on se cachait sous ceux-ci, l'ombre nous camouflant du soleil de midi. On s'occupait, pendant que notre père discutait avec les adultes de choses un peu trop compliquées pour nos oreilles de gamins.] C'est vrai que tu as toujours eu de l'imagination, même môme. Enfin, il ne se passa pas grand-chose durant ton enfance, tu allais à l'école, tu te faisais des amis, les premiers baisers curieux, puis l'aventure un peu plus loin, ce genre de choses. Quoique tu étais précoce, ton premier coup remonte à... tu avais quel âge déjà? [13 ans et c'était avec l'enseignante d'espagnole Elle était super sexy et bien expérimentée, je m'en rappelle comme si c'était hier. Tu veux que je te décrive le tout, que je te rafraichisse la mémoire, ô mon cher Dieu qui a créé ma vie?] Non, ça va aller, c'est très bien comme ça, je l'imagine déjà bien assez. Mais tu sais que ta professeure aurait le droit à la prison, pour ça? Non?

Bref, il n'y a rien à dire jusqu'à tes seize ans oserais-je avancer. Tu avais d'excellentes notes à l'école, depuis que tu étais tout petit d'ailleurs, sans réellement te forcer et on t'enviait pour ça, mais tu avais ton charme. Tu séduisais facilement de par ton charisme. Avec ta petite sœur, cadette de trois petites années, vous vous entendiez bien. Tes parents étaient souvent trop occupés avec le travail pour vous donner l'attention que vous méritiez, alors tu lui en donnais pour deux. Même si vous aviez tendance à vous chamailler, parce que vous étiez des enfants après tout. [Elle était adorable, même avec ses petites crises d'adolescence et j'aimais tant démêler ses longs cheveux pour ensuite les tresser. C'était un de mes passe-temps favoris.] Seulement, ça se brisa un peu quand ton père te prit à part aux jours de tes seize ans, t'apprenant la facette cachée de son entreprise qui se composait entre autres de l'exportation de drogues et d'armes. [Bah, il n'était pas devenu si riche qu'avec des olives, il faut croire.] Ça avait mal passé et tu en as été assez morose pendant un temps, jusqu'à ce que tu décides de plier bagage et de passer un séjour de deux ans chez ton oncle.

[Je l'avais toujours aimé cet oncle, c'était un magicien après tout. Il connaissait de merveilleux tours de magie et c'était fascinant de le voir aller. Son assistante était aussi bien roulée.] Tu te l'es tapée d'ailleurs, cette assistante, pas qu'une fois d'ailleurs, jusqu'à ce que ton oncle te surprenne et te renvoie chez ton père qui avait, lui, poursuit l'entreprise familiale. Parce que, oui, il était au courant cet oncle de ce trafique, mais il s'en branlait. Il voulait faire de la magie, donner ses spectacles et il faut avouer qu'il était assez populaire. Enfin, au moins, sous sa tutelle, tu pus apprendre plusieurs choses qui te servirent entre autres une fois en prison. [Ces grosses brutes, elles aiment bien les tours de magie, on dirait de vrais gosses quand tu captives leur attention, ça pourrait presque en être mignon! Il faut juste trainer un paquet de cartes et, hop, le tour est joué.] Tu repassas un an avec cette famille, ta sœur un peu plus distante, en mode un peu boudeuse. Elle avait l'impression d'avoir été abandonnée et, toi, tu te disais que ce n'était pas bien grave, que tu avais le temps de régler votre différence, vous aviez votre vie devant vous.

Mais le temps te fit défaut.

Tu revenais d'une soirée où tu avais bien batifolé. Un peu pompette, tu ne remarquas pas tout de suite que la porte avait été forcée, la poussant simplement pour rentrer de ces airs joyeux, chantonnant presque une publicité qui t'était restée en tête. Tu allas te coucher, dormant paisiblement dans ta chambre jusqu'au lendemain. Ce n'est que le lendemain matin que tu réalisas le carnage. Dans le noir, tu n'avais pas vu les marques de sang qui dansaient sur les murs et le plancher. Tu avais accouru à la chambre de ta sœur en premier lieu. Tu vomis. Au bas de sa porte, tu vidas ton estomac. On avait ouvert le sien, ses tripes décorant le lit. Elle baignait dans son sang et dans ses entrailles. Rapidement, tu t'étais relevé, tu étais allé voir dans la chambre de tes parents, égorgés, poignardés. Tu étais retourné dans la chambre de ta sœur et tu avais pleuré pour ton saoul. Ça te prit un moment, avant que tu ne réussisses à appeler la police, à composer ce numéro, les doigts tremblants et trempés de sang après avoir pris dans tes bras Agnes, la gardant longuement contre toi. [... Merci de me rappeler de si beaux souvenirs.] De rien.

Au final, tu fus celui accusé, celui qui passa comme coupable lors du procès même si tu clamas ton innocence haut et fort. On t'envoya en prison, la peine de perpétuité sur la tête. Tu n'y fus pas très bien accueilli et on se fit une joie de tatouer cette larme sur ta joue, celle des tueurs. Tu avais tué ta famille de manière si brutale selon eux et tu le payas cher. [Il y a vraiment eu des jours où je n'ai pas réussi à marcher, et pas qu'à cause des ruades de coups.] Les gardiens fermaient les yeux, faisant comme s'ils ne voyaient rien. [Ce qui était assez faux, j'en ai bien vu certains siffler et encourager les autres détenus, c'était charmant.] La colère bouillait, tout comme l'humiliation. Ce n'est que huit ans plus tard qu'on découvrit ton innocence et qu'on le prouva, mais ta vie avait déjà été en grande partie détruite. Au final, ils n'avaient toutefois pas retrouvé les meurtriers, car les policiers étaient venus à comprendre qu'il y en avait plus d'un. Et tu y penses encore, à ce que tu pourrais faire à ces monstres, comment tu pourrais les détruire à petit feu comme ils l'avaient fait avec ta vie. On a jamais su le pourquoi, mais, toi, tu t'en doutais bien. Comment peut-on avoir une fin heureuse alors qu'on vend de la drogue et des armes?

Malheureusement, une fois à nouveau dehors, il ne te restait rien. Ni amis, ni famille - ton oncle ayant mystérieusement disparu - et encore moins un travail. Personne ne voulait engager quelqu'un ayant la larme des tueurs tatouée sur ta joue. [Ha, il ne savait pas quel employé il perdait, ces gens! Je te jure, s'il avait su. Je suis le meilleur des travaillants après tout!] Ego surdimensionné. Mais enfin, c'est bien cet ego qui te permit de survivre et de t'accrocher, j'imagine. Tu changeas de pays, tu allas où on ne connaissait pas réellement ce tatouage, sa signification profonde. Au passage, tu t'en fis un autre, une étoile, sur le côté opposé. Tu pouvais désormais faire des blagues sur le sujet, disant souvent que c'était un défi d'un ami ou que tu t'étais retrouvé saoul et que tu t'étais réveillé ainsi, bien embêté. Parfois, encore, tu racontais que tu avais un jour voulu faire partie d'un cirque, décidant de jouer au Piero, petit jeu de mots bien pourri avec ton nom. [Il faut avouer que c'est mieux comme histoire, comparée à la vraie. Elle fait un peu plus fantaisiste.] Beaucoup moins pathétique, tu veux dire. Quoi qu'il en soit, tu avais arrêté ton choix sur l'Amérique latine, choisissant au hasard le Pérou. Tu voulais au moins aller à un endroit qui parlait ta langue.

Seulement, tu t'es encore mis dans la merde récemment et on vient de te refoutre en taule, ça te manquait, dis-moi? [Leurs suites sont les plus magnifiques du monde entier, tu sauras♥] Si tu le dis, perso, je n'ai jamais essayé et je ne prévois pas essayer. Enfin, il fallait s'y attendre. Comme tu ne te trouvais tout de même pas de boulot, tu ne t'es franchement pas trouvé le pays où il y avait le plus de travail d'offert aussi, tu te lanças dans l'escroquerie en tout genre, l'arnaque de bas étages jusqu'au haut. Tu avais des talents d'orateurs et artistiques après tout, de même que des connaissances en tour de magie. Mais dans le dernier coup que tu as fait, tu t'es foiré mon gars, avec ce politicien. [Je m'en suis quand même sortis pour quelques années, c'est déjà bien, je crois!] Et ça aurait été bien que tu ne te fasses pas prendre aussi, tu vas passer quelques années derrière les barreaux, encore. [Au moins, ici, il ya des filles, alors ça va! C'est presque parfait, plus qu'à espérer partager ma cellule avec l'une d'elles♪] ... Tu n'es vraiment positif que lorsqu'il y a une nana en jeu toi hein.






PSEUDO ;


• Comment es-tu là ; Encore un miracle appelé TC c:

• Code ; HEY C'EST MAGIQUE, JE PEUX LE VALIDER MOI-MÊME!!!!! *okay, meurs*

• Âge ; Bientôt XXI, j'ai hâte au XXX =w=.

• Pays ; Canada *et oui l'est déjà 5h00 du matin :')*

© Flyremoon.


Dernière édition par Guarnicionero J. Piero le Sam 22 Aoû - 4:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanagata Dahlia

Détenu

Détenu
avatar
► DC : Nope
• Date d'inscription : 17/02/2015
• Messages : 66



MessageSujet: Re: Vamos a la playa ♪ - Piero J. Guarnicionero [enfin terminé Oo]   Dim 24 Mai - 22:43

Rebienvenue ♪ adore ton vava & va te violer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Vamos a la playa ♪ - Piero J. Guarnicionero [enfin terminé Oo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vamos a la playa
» Changement d'adresse courriel à l'hôtel Playa Pesquero
» Blau Colonial & Playa Costa Verde !!
» Je viens de découvrir ceci.... à Playa Del Carmen!!
» [Canapé] Plastics by Piero LISSONI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Panthéon :: Casiers Judiciaires :: Registre-