Partagez | 
 

 Une adorable matinée pleine de baston. - Libre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eamon F. Ryan

Fondateur

Fondateur
avatar
► Theme song : Temposhark ; Irresistible.
► DC : Claus G. Jason & Holguin J. Faust.
• Date d'inscription : 28/05/2014
• Messages : 239
• Piercings et tatouages : Deux boucles d'oreille en or sur le lobe gauche, dont une qui a été arrachée et a laissé une cicatrice.



MessageSujet: Une adorable matinée pleine de baston. - Libre.   Jeu 23 Oct - 14:43



 




On était en hiver, et pourtant, la chaleur était étouffante. Dès le réveil, elle m'attaquait la peau, les gouttes de sueur perlant sur le haut de mon dos mais aussi sur mon front. Putain, encore une belle journée qui allait s'annoncer.

Je me levais, péniblement. Quelle heure ? Oh merde. Midi. Les gardiens avaient apparemment perdu la patience de taper sur mes barreaux avec leurs armes pour dire de me lever, ouais. « Eamon se lève pas ? Oh, tant pis qu'il aille se faire foutre. » et tant mieux.

Sincèrement, j'avais envie de tout, sauf de me lever. Les bagarres, les insultes et les attouchements habituels de la journée... Très peu pour moi. Non, sincèrement, fallait que je bouge. J'enfilais un chandail et un pantalon, comme à l'habitude, avant de m'étirer en grommelant. Ma main se fraya un passage entre mes mèches pour me recoiffer, effleurant mes boucles d'oreilles qui tintaient d'un son léger, me faisant un peu réagir. Ouais, fallait pas que je me pointe au repas avec ce genre de gueule. Oh, et puis tant pis. Le premier qui ferait chier en recevra une dans la gueule.

J’engageais le pas et remarqua ma cellule déverrouillée. Oh, ouais, ils y avait pensé à ça, au moins. Vu le temps de midi, je pense qu'ils ont été assez intelligents pour me laisser sortir. À savoir pourquoi ils me gardent en vie.

Le brouhaha habituel, génial, et un mal de crâne dès le réveil. J'vais tous les buter ces enfoirés. On me fixait en souriant, parfois en m'évitant du regard. Certains me lançaient un simple « Hey Ryan ! » auquel je répondais par un signe de la main, le regard droit, juste l'autre main qui se trouvait dans ma poche. Non, je chercherais pas la merde aujourd'hui.

J'avançais vers la dame de la cantine, ah, cette vieille dégueulasse. Regardez moi ces cheveux crépus, ce menton horrible avec quelques poils dessus. J'espère qu'elle se fera vite virer. Franchement. Elle est aussi agréable que le serait une soirée funèbre. Ses yeux sont plissés, petits et vicieux. Cette mégère est perfide.

Je pris donc mon plateau et lui tendit en attendant le menu du jour.

Attendez, c'est une blague ? Pas un seul bout de viande ? Juste une purée dégoûtante avec des petits pois en boite qui ont cramé dans la poêle ?

« Euh, y a que ça ?

Tu feras avec. Au suivant.

Non, non. J'pourrais au moins avoir un truc de mangeable, c'est trop demandé ?

Va voir les autres détenus, au pire, y a plus de viande. Au suivant j'ai dit.

Je bougerais pas d'ici à moi d'avoir trouvé quelque chose de potable à bouffer. J'tiens pas à perdre la forme. »

Une autre voix s'éleva lorsque je me retournais pour voir un détenu qui s'excitait.

« Ouais, bah, monsieur j'ai envie de bouffer du luxe ferait bien mieux de dégager avant que je ne lui pète les dents.

Eeh ? Oh j'ai effectivement très peur de toi. Mais de ta petite taille, tu dois certainement pas faire fort mal. »

Et j'aurais pas dû. Encore une fois, je me pris un poing dans la tronche, me défonçant au passage la mâchoire. Ah. Super. Je frottais le bleu du dos de ma main, grognant en le toisant du regard. Superbe journée qui commençait, apparemment.

© Flyremoon.

•.......•


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ask.fm/Flyremoon
Brimstone F. Alice

Détenu

Détenu
avatar
► Theme song : InSaNaTy - Vocaloid
• Date d'inscription : 20/09/2014
• Messages : 11



MessageSujet: Re: Une adorable matinée pleine de baston. - Libre.   Mar 28 Oct - 18:55




Aaah, la baston, y'a rien de mieux pour digérer...


LIBREUH

C'est la faim qui réveilla Alice. La demoiselle avait passé une nuit horrible a tenter de s'endormir malgré la chaleur poignante qui sévissait dans cette prison. Résultat, elle s'était levée avec des courbatures plein le dos en grommelant toute une série d'insultes sur la chaleur. Pour sûr, elle devait pourtant avoir l'habitude, elle qui avait vécut toute son enfance au Texas, et pourtant... Pourtant, elle était restée enfermée dans cet hôpital moisis sans avoir pu découvrir le monde extérieur. Et quand elle en était sorti enfin, elle avait du fuir vers la Russie, ce qui menait vers un environnement plus ou moins glacial. Elle était donc habituée au froid.

Quand elle se tint assise sur ce qui semblait être un lit, la source de son mal de dos apparemment, un mal de tête s'était emparé de sa pauvre tête comme une armée s'empare d'un château ennemi. Comparaison absurde. Du moins, c’est ce qu'elle se dit en ricanant, patientant sagement que quelqu'un lui ouvre cette fichue porte, qu'elle puisse aller manger. Il devait être vraisemblablement neuf heure et Alice s'ennuyait comme un rat mort. Elle devait avoir fait au moins dis fois le tour de sa cellule avant de s'être laissé tomber par terre. Et bon sang, ce que le sol pouvait être sale. Quand un gardien viendra lui ouvrir, Alice se promit de lui en faire la commission. Au moins, quelqu'un pouvait avoir la gentillesse de lui offrir un seau d'eau et une serpillière ainsi que du savon. Enfin... Alice savait parfaitement qu'elle rêvait un peu trop.

Ce fut donc vers neuf heure et demi que quelqu'un daigna lui ouvrir enfin. A croire qu'on l'avait oublié dans ce trou perdu. Elle sourit à cette pensée et accueillit le nouveau venu avec sa bonne humeur habituelle... Ironiquement, bien entendu.

-Dites, ça vous est déjà venu à l'idée que le ménage existait ? Non, parce que là, c’est pas possible de voir à quel point cette foutue cellule est sale. Z'avez pas un seau d'eau à me passer au moins ?

Le pauvre homme la lorgna un moment, se demandant sûrement si cette sale gamine était folle ou non. Il mit un moment avant de répondre, provoquant un début de colère chez la plus jeune, qui commençait à s'impatienter en tapant du pied.

-Non. On ne peut pas.

-Ah ? C’est quoi votre problème ? Vous avez peur que je tente de me suicider en me noyant dans un seau d'eau ?

L'autre ne répondit pas et la laissa sortir. Alice s'étira une nouvelle fois et lança un regard narquois au gardien, et s'en alla vers la bibliothèque, où elle y passa toute sa matinée. Personne ne vint l'emmerder. Étrange, il devait y avoir un truc, c'était forcé. Mais il ne se passa strictement rien. Vers midi, elle daigna enfin sortis son nez du livre dans lequel elle était plongée et fut virée de là pour qu'elle aille manger.

Lorsqu'elle arriva au réfectoire, le premier truc qui la dérangea était le bruit. Secondement, ce fut le nombre atroce de personnes qui se trouvaient amassée dans un même lieu. Angoissant. Le pire fut le fait que la demoiselle ne trouva pas Alexander dans toute cette masse compacte. Elle fut donc contrainte d'aller manger seule à une table. Bien sûr, elle évitait tout contact avec les autres d'habitude, mais là, elle n'avait pas le choix : Alice était affamée.

La purée, c'était pas trop ça. La demoiselle, adorant habituellement manger, avait laissé les trois quart de son assiette sans même y toucher. Le seul truc qu'elle put avaler sans avoir envie de vomir fut les petits pois, pas forcément très ragoutant. Le pire, c'est qu'ils complètement carbonisés. Alice soupira, et, alors qu'elle allait s'en aller pour partir à la recherche de cet idiot d'Alexander qui ne s'était pas pointé à l'heure du repas alors qu'il le devrait, un haussement de ton attira son attention.

D'habitude, Alice ne se mêlait JAMAIS des histoire des autres. Premièrement, elle n'aimait pas les êtres humains en général. Deuxièmement, elle détesterait que quelqu'un vienne l'emmerder pendant qu'elle s'embrouillait avec quelqu'un. Ne jamais faire aux autres ce que l'on ne veut pas que l'on nous fasse. Troisièmement, ça ne l’intéressait pas.


Mais là... Là, ça frisait presque le comique. Alice en poufferait presque d'amusement.

« -Euh, y a que ça ?

-Tu feras avec. Au suivant.

-Non, non. J'pourrais au moins avoir un truc de mangeable, c'est trop demandé ?

-Va voir les autres détenus, au pire, y a plus de viande. Au suivant j'ai dit.

-Je bougerais pas d'ici à moi d'avoir trouvé quelque chose de potable à bouffer. J'tiens pas à perdre la forme. »


Oooh, c'est que môsieur aime le luxe. Alice fronça les sourcils, mais ne dit rien. Elle esquissa cependant un sourire carnassier quand un autre vint chercher les ennuis. C'est alors qu'elle se rappela du nom du mec qui râlait. Ryan machin-chose, ou un truc du genre.

« -Ouais, bah, monsieur j'ai envie de bouffer du luxe ferait bien mieux de dégager avant que je ne lui pète les dents.

-Eeh ? Oh j'ai effectivement très peur de toi. Mais de ta petite taille, tu dois certainement pas faire fort mal. »


Il n'eut pas l'air de comprendre tout de suite ce qu'il se passait, mais le pauvre Ryan se prit un pain en pleine poire, sans mauvais jeu de mots. Tout se rapportait à la nourriture, décidément. Le regard de la jeune femme se posa aléatoirement sur les deux. Ne rien faire qui puisse l'impliquer dans ces histoire, là était tout ce que souhaitait Alice pour le moment ? Et pourtant, la tentation de faire un commentaire désobligeant était trop forte. Oh, et puis tant pis. Si on lui tappait dessus, elle irait se faire recoudre à l'infirmerie.

-Neeee... Faut pas t’exciter pour si peu le nain !

Elle s'était adressé à celui qui cherchait des noises – pas Ryan, l'autre – tout en souriant. Pourtant, dans sa tête, une petite voix lui hurlait de s'enfuir à toute vitesse. Cependant, Alice ne fit rien de tel, et resta planté là, à quelque mètres de là où se tenaient le nain et la tronche de gazon (soi dit en passant, Alice ne valait pas mieux, elle et sa tignasse vert pomme).




(c) Amaliiah sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eamon F. Ryan

Fondateur

Fondateur
avatar
► Theme song : Temposhark ; Irresistible.
► DC : Claus G. Jason & Holguin J. Faust.
• Date d'inscription : 28/05/2014
• Messages : 239
• Piercings et tatouages : Deux boucles d'oreille en or sur le lobe gauche, dont une qui a été arrachée et a laissé une cicatrice.



MessageSujet: Re: Une adorable matinée pleine de baston. - Libre.   Mer 29 Oct - 14:18



 




Le goût du fer m'envahissait doucement, ouais, je m'étais certainement mordu la lèvre ou l'intérieur de la joue pendant qu'il avait encastré son poing dans ma face. J'allais répliquer avec joie lorsque j'entendis quelque chose d'imprévu. Oh. Une demoiselle aux cheveux verts, semblables aux miens. C'était pas banal. Je ne la reconnaissais pas, non. Faut dire, j'étais assez distant. Après tout, je n'étais pas là pour me faire des amis comme au jardin d'enfants.

Sa phrase me fit sourire, voir rire. Son regard à lui s'était rivé sur elle, pour ensuite se focaliser sur moi.

« ça te fait rire, hein connard ? Et toi, t'es pas capable de te mêler de c'qui te regarde ? Va faire ta salope ailleurs et laisse les mecs entre eux. 

Ooh. Tu devrais apprendre à mieux parler mon grand. »

J'avais reprit mon sérieux et lui avait encastré mon tibia dans une bonne partie de ses côtes. Mon seul œil valide se posa sur le poing du nabot qui se dirigeait vers la demoiselle.

Oh, non. J'aime pas la lâcheté. C'est ainsi que je lui avait choppé le poignet pour le lui retourner dans le dos. Ses os avaient craqué, je pense. Faudrait vraiment apprendre à contrôler ta force, Ryan.

« Hé, nan mais ça va pas ?! Lâche le. »

Une autre voix, un autre participant ? Mon assiette allait réellement refroidir, déjà qu'elle n'avait pas l'air bonne à la base...

Je pouvais entendre les soupirs de la bonne femme de la cantine en disant un « suivant » monotone pendant que j'ébouriffais la tignasse du nain de jardin qui gémissait sous la douleur.

« Bon. Je te lâche et on est quittes, tu te calmes et tu vas chercher ton repas dégueulasse, ok ? »

Jusqu'à ce que je remarque un poing se balancer vers moi, suivit d'une poigne au niveau de mes cheveux. Ah. J'étais dans la merde et c'est pas cette demoiselle qui allait me sauver de là. Enfin, elle s'en serrait pas mêlée et ça aurait été bien mieux pour son matricule.

Je pouvais déjà voir le rassemblement autour de nous, voir les regards qui se rivaient vers notre « spectacle » apparemment fort distrayant. Le poing du nouveau venu se fracassa contre ma mâchoire, la douleur se répartissant dans toute la partie droite de mon visage. Le sang coulait de mes lèvres, ce connard l'avait fendue. Oh, j'irais revoir mon pote l'infirmier. C'est pas comme s'il n'avait pas l'habitude de me rafistoler. Je rigolais légèrement, en regardant la participante.

« Derrière toi. J'pense qu'un gars veut t'inviter à danser. »

Cette matinée pouvait être amusante, au final.

© Flyremoon.

•.......•


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ask.fm/Flyremoon
Owen R. Skye

Co-Fondateur

Co-Fondateur
avatar
► Theme song : MandoPony - My Home
► DC : Eamon K. Aiko ~ Holguin Iris
• Date d'inscription : 11/06/2014
• Messages : 41



MessageSujet: Re: Une adorable matinée pleine de baston. - Libre.   Dim 16 Nov - 15:44

Il devait être aux alentours de 12h30. En général à cette heure-ci, dans ce genre de prison, tout le monde est au réfectoire. C'était presque que le cas ; dans les couloirs vides, on pouvait entendre un bruit de pas résonner. Un bruit de pas régulier et plutôt lent, signifiant que la personne marche tranquillement. Cette personne n'était autre que Skye, l'assistante du directeur de Luriguancho. Enfin, c'était le poste qu'on lui supposait, car en vérité, personne ne savait vraiment ce qu'elle faisait ici. Difficile de définir les occupations de quelqu'un qui passe son temps soit enfermée dans son bureau soit à errer dans la prison en fixant tout ceux qui passaient près d'elle. Son accoutrement n'arrangeait pas non plus les choses, je veux dire, quelle profession définiriez-vous pour une personne qui se balade en blouse de labo tâchée de on ne sait quelle substance dans une prison ? Et même si personne ne savait vraiment ce qu'elle faisait ici, personne ne tenait vraiment à le savoir ; détenus comme personnels vous diront tous que "moins tu as à faire avec Skye, mieux tu te porteras".

Mais bref. Ce n'est pas le sujet du jour. A cet instant t, Skye se dirigeait vers le réfectoire pour... bah manger. Vous voulez qu'elle y fasse quoi d'autre ? Essayez de suivre un peu. Lorsqu'elle arriva devant la porte, un grand brouhaha se faisait entendre dans le réfectoire. Certainement une bagarre. La jeune femme sourit ; c'était un des moment qu'elle préférait, entrer dans la pièce et constater le comportement des prisonniers. De ses deux mains, elle poussa la porte à double battant tellement fort que les deux battants frappèrent chacun le mur. Skye engagea ensuite le pas dans la pièce. Suite à son entrée plutôt remarquable, tout les détenus s'étaient tu et faisaient profil bas, afin de ne pas avoir à faire avec elle. Arborant un grand sourire et d'un pas assuré, elle s'avança dans la file. Les détenus s'étaient écartés et n'essayaient même pas de croiser son regard. Qui sait ce qui se passerait s'ils le faisaient. Une fois arrivée devant la cantinière, celle-ci, sans dire un mot, alla chercher dans la cuisine une assiette spéciale et la tendit à la jeune femme. L'avantage de faire non seulement partie du haut personnel mais en plus d'être sous surveillance médicale ; le directeur prend un soin particulier de vous, surtout concernant votre repas. Une fois l'assiette posée sur le plateau, Skye s'avança vers une table presque complète et s'assit à l'unique place restante. Skye ne mangeait pas dans l'aire de personnel, elle préférait se mêler aux détenus afin de pouvoir les observer et choisir sa prochaine "cible". Enfin, c'est ce qui se disait. Mais bref. A l'instant où elle s'assit, tout les détenus quittèrent la table sans broncher. Un sourire de satisfaction s'afficha sur le visage de la jeune femme. Depuis qu'elle travaillait ici, elle pouvait enfin ressentir un sentiment de supériorité par rapport aux autres et elle adorait ça. Peut être était-ce parce que ça lui changeait de l'hôpital psychiatrique, où on la traitait avec condescendance parce qu'elle était "mentalement déficiente". Une fois la table vidée de tout ses occupant, Skye se mit à son aise et commença à mordre dans son morceau de viande. Morceau de viande que jalousaient tout les prisonniers autour d'elle. C'est vrai que ceux-ci n'y ont pas forcément tous droit. Les pauvres ~

•.......•




Safety Dance:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une adorable matinée pleine de baston. - Libre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Affiche pour la "Matinée du Libre"
» betta pleine?
» Cactus rustiques en pleine terre
» Camping libre de Sidi Boulfdail
» Balade dans la garrigue : la promenade en pleine nature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Établissement Pénitentiaire :: Le Réfectoire-