Partagez | 
 

 Surveillance et risques.. [PV Judas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Surveillance et risques.. [PV Judas]   Lun 30 Mai - 12:09

Il s'étire sur sa chaise en laissant un baillement lui échapper. Son dos craque un peu et il se passe une main sur le visage. Il est de garde aujourd'hui, dans ce poste qui surveille les couloirs mais aussi, et surtout, l'entrée de la prison. Sait on jamais si quelques détenus un peu fou tenteraient de fuir par là.

Ca faisait déjà quelques heures qu'il était là et il avait besoin d'une cigarette. Alors, il appela un collègue par radio pour lui demander de venir le relever quelques minutes. Juste le temps qu'il se fume une cigarette dehors et qu'il ramène du café dont il avait bien besoin pour tenir le reste de l'après midi. Lançant un regard à l'horloge dont le tic tac incessant n'était même plus dérangeant depuis le temps.

Son collègue arriva enfin, ils échangèrent quelques mots et l'autre gardien émit un léger rire. Avant que Matteo ne quitte finalement son poste pour aller vers la cour. Sortant son paquet de cigarettes et son briquet. L'allumant en tirant dessus pour faire rougir le bout blanc. Puis, il souffle la fumée salvatrice. S'appuyant contre un mur en fermant les yeux. Il se frotte un peu le visage et soupir. Ca faisait quelques jours qu'il dormait vraiment mal et il peinait à suivre le rythme au travail. Mais, il était hors de question de demander quelques repos.

Une fois sa cigarette terminée, il passa par la cafèt' pour prendre une termos de café et une tasse propre. Puis, il retourne vers le poste de garde. Le gardien capte alors quelques murmures et grognements d'un groupe. Ca s'arrête à son passage et il a le droit à quelques regards noirs. Il reconnait bien un ou deux qui sont toujours dans les bagarres. Mais, ils ne font rien actuellement, alors il ne peut les accoster pour quelconque faute.

Il reprend sa place en remerciant son collègue. Celui ci reste un peu pour discuter et pour partager un café. Posté avec un autre dans la salle de sport, il se plaignait un peu de devoir poireauter là bas alors qu'il n'y avait presque pas de détenus présent et qu'une seule personne suffirait amplement. Matteo ne peut qu'approuver mentalement, ils sont en manque d'effectifs alors il vaudrait mieux privilégier les zones à risques. Mais il ne lui dit pas, restant d'ailleurs silencieux en l'écoutant. Surveillant du coin de l'oeil le groupe un peu plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Black A. Judas


avatar
• Date d'inscription : 30/03/2016
• Messages : 9
• Piercings et tatouages : A découvrir ~



MessageSujet: Re: Surveillance et risques.. [PV Judas]   Lun 30 Mai - 21:38

Peut-être faisait-il partie de ceux qui n'était qu'en fait des menteurs invétérés ? Ou ceux qui ne savaient que faire...rien faire à part laisser les mensonges guider leur vie, même quand ce n'était pas de sa faute, il se mettait à penser que c'était la sienne et il se mentait à lui-même pour le seul intérêt de chacun. Mais, Judas savait que rien ni personne n'avait le droit d'entrer dans son for intérieur, personne ne pouvait, car lui-même n'avait pas d'accès pour en ressortir. Il se sentait prisonnier de lui-même, de ses erreurs passées, de ses peurs et de l'effroi qu'il ressentait à chaque fois qu'il revenait à lui et que ses pieds se posaient sur le sol de cette prison pour le ramener sur la terre ferme, la sienne. Tout revenait à lui comme une baffe monumentale, tout s'écrasait, cette fameuse réalité s'abattait sur son existence entière et c'est à ce seul moment qu'il se demandait ce qu'il foutait, qui il était, qu'avait-il fait ?

Ni les pleures, ni les cris, ni aucun son n'osaient passer la barrière de ses lippes pour s'exclamer. Rien ne sortait, rien n'arrivait à irriter sa gorge à en faire tomber des sanglots, rien n'arrivait à le plonger dans ce désarroi monstre pour le faire hurler de rage...hurler de tout ce qu'il avait besoin. Qu'est-il ? A part ce petit pantin qui déambulait dans les couloirs de la prison péruvienne, sans aucun but, sans aucune envie, tout semblait éteint en lui. Ou...en veille, attendant le moment propice pour laisser le vase se briser un bon coup et laisser sortir cet amas de frustration qu'il gardait dans son petit monde depuis sa tendre enfance. Il avait fait exprès, pour ne pas faire peur, pour ne pas faire pleurer, il avait cessé de mentir, cesser de trop parler, se résumant à des onomatopées, des sons, il avait même construit son petit monde intérieur, sa bulle à lui qui l'aidait à s'éloigner de la terre dont il n'avait pas l'air d'appartenir. Ce petit bout de lui qui l'empêcher de trop comprendre ce qu'on attendait réellement de lui dans ce monde, cet endroit qui, dès petit, l'avait rejeté ainsi comme un monstre sortant d'une autre galaxie. Peut-être était-il encore trop enfant pour penser à ce genre d'idées saugrenues. Judas se sentait fou, peut-être l'était-il devenu entre ces quatre murs et le meurtre qu'il laissait peser sur ses faibles épaules.

Tête basse, continuant de s'envoler dans des questions et des irréalités étranges, il bouscula se groupe de garçon qu'il avait peiné à éviter. S'il aurait pu, il aurait souri, un sourire mélancolique, jaune, qui voulait dire qu'il venait encore de se foutre dans un pétrin...un pétrin dont il n'allait pas s'en sortir indemne. Notre brun ne voulait pas se faire plaindre, ni trouver que c'était de trop, de toute façon, jamais il ne s'était plaint de quelque chose depuis sa naissance, car il avait toujours tout accepté sans broncher, pour ne pas devenir quelque chose que les autres détestent. Alors il se laissait faire et lorsqu'on se trouve dans une prison où nationalité rime avec diversité, on est obligé de faire profil bas et de laisser le vent claquer.

Les gars, dont le nom lui échappait, car son esprit n'arrivait pas à se souvenir de ceux qui étaient assez brutes pour lui faire perdre des neurones, commençaient à le pousser vers le mur, le faisant trébucher avant qu'il se redresse et qu'ils recommencent, semblant s'amuser comme le chat s'amuse si bien avec l'une de ses souris favorite. Judas n'écoutait rien de ce qu'ils disaient, le regard pointant un endroit imaginaire se demandant si c'était le mieux à faire, s'il devait baisser un peu plus la tête pour montrer une marque de soumission excessive ou peut-être devait-il battre en retrait ? Pourtant...il entendit la voix d'un autre homme, puis les pas d'un  autre encore, chaussures légèrement grinçantes, alors que les gars feignaient ne rien faire.

"Bouge pas, Judas." Comment connaissaient-ils son prénom ? Depuis le temps qu'il était là il n'avait presque jamais prononcé de mot et surtout pas son propre prénom, celui qu'il n'aimait pas. Ses sourcils commençaient à se froncer, une alerte sonnait en boucle dans son esprit : il devait vite partir, ça n'allait plus comme il le désirait. Il devait partir, rapidement. Il le devait, son cœur s'emballait, il le devait et rapidement avant de....avant d'être assez curieux pour avoir les pieds au sol et se rendre compte qu'il est bien.... Vite. Il ne voulait pas, il ne voulait pas que ces gars le sortent de sa rêverie, de sa bulle. Ils n'avaient même pas le droit de connaître son prénom, ni même d'oser le prononcer ! Ses lippes s'esquissaient en une grimace et il chercha, d'un regard froid d'un bleu océan calme, un échappatoire...vite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Surveillance et risques.. [PV Judas]   Lun 27 Juin - 18:49

Les murmures s'étaient arrêtés un moment et ça avait plutôt inquiété Mattéo. Alors, il tourna la tête et il vit le jeune homme bousculer un des gars du groupe, qu'il avait pourtant essayé d'éviter. A croire que les détenus avaient fait exprès de se mettre dans son chemin, juste pour entrainer un règlement de compte injuste par le nombre.

Le gardien se leva de son siège, mais il ne pouvait intervenir pour le moment, ne voyant pas grand chose. Ce n'est qu'en voyant d'autres prisonniers approcher qu'il sortit finalement de son poste. Suivi par son collègue qui portait déjà la main à sa matraque. Il entendit la phrase de l'un d'eux, nommant alors le jeune homme. Et celui ci sembla soudainement chercher une échappatoire.

-Un problème messieurs ? Je peux vous aider, peut être ?

Sa voix est un peu froide, claquante. Montrant qu'il n'est pas d'accord pour un règlement de compte. Un des hommes du groupe gronde de mécontentement et pousse sans douceur Judas pour le mettre à terre. Il semblait vouloir répliquer, mais l'autre gardien ne lui en laissant pas le temps. Un coup de matraque derrière les genoux le fit tomber en grinçant de douleur. Lançant un regard noir aux deux gardiens.

-Choisissez. Dispersion ou isolement ?

Il n'hésiterait pas à en mettre quelques uns en cellule d'isolement si ça pouvait les calmer. Malheureusement, il se doutait que ça attiserait surtout la rage envers Judas. Mais, il faisait son boulot et le protégeait sur le moment présent. Pour commencer. Le groupe se disperça sans réchigner. Puis, il tendit la main vers le jeune homme toujours au sol.

-Si ça recommence, n'hésite pas à venir me voir. Il ne faut pas te laisser maltraiter.

Il l'aide à se relever et lui lâche la main une fois qu'il est sur pieds. Penchant un peu la tête pour l'observer. Jugeant s'il n'était pas blessé. Cela ne semblait pas être le cas, mais bon. Ce genre de blessures, faites en groupe et surtout en prison, son bien plus souvent psychologique que physique.

-Tu vas bien ? Tu peux venir t'asseoir un peu avec moi si tu veux reprendre tes esprits.

Une simple proposition, il ne le forcerait à rien bien évidemment. Matteo n'était pas du genre intrusif. Si Judas lui disait non et décidait de repartir, il lui donnerait seulement le conseil de passer à l'infirmerie. Mais, il ne le retiendrait pas ou ne le suivrait pas. Après tout, il était en train de travailler de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Black A. Judas


avatar
• Date d'inscription : 30/03/2016
• Messages : 9
• Piercings et tatouages : A découvrir ~



MessageSujet: Re: Surveillance et risques.. [PV Judas]   Dim 3 Juil - 14:18

La fuite était toujours l'issue possible pour les animaux qui se faisaient chasser. En dessous de la chaîne alimentaire il était normal qu'ils soient ceux qui étaient la nourriture des autres, des plus forts. Le chasseur jouait avec sa proie avant de la dévorer sans aucune pitié. Il arrachait ses chairs, retirait les muscles de son corps et avaler la viande qu'il réussissait à extraire avec tant de bien que de mal. C'est laborieux, parfois des veines venaient sous la dent, mais pour eux c'était la chose la plus primitive qui puisse exister, car chasser c'était pour manger, donc pour vivre, pour s'amuser et apprendre. Judas, se sentait ainsi. Dans cette chaîne alimentaire qui n'existait pas ici, car ils étaient humains, lui était celui qui était chassé. Celui qui devait être chassé, car il était le plus faible de tous. La bonne cible pour les grandes brutes comme ces gars-là qui se croyaient plus fort et plus puissants même avec un casier judiciaire bien rempli. Meurtres, violes, condamnation pour des choses invraisemblables, Judas connaissait presque toutes les raisons d'enfermement de ces gars, car il écoutait tout, même sans s'en rendre compte. Son oreille était partout alors il ne s'étonnait pas de les voir jouer avec des personnes comme lui, des personnes qui avaient aussi un casier rempli, mais aussi une faiblesse d'esprit qui était bonne à attaquer. A détruire. Le sol lui semblait froid, gelé, tout comme son esprit en ce moment même. Alors c'était ainsi Judas ? Te laisser faire te semblait être une priorité pour vivre dans ce milieu parfois hostile ? Ta frustration n'était guère assez haute pour pouvoir te faire remonter le manche de cette satanée vie ? Vivre  est-il pour toi aussi simple ? Il regarda le sol un instant, le fixant en s'imaginant dans un autre univers à part entier. Ses mains fouillaient l'herbe fraîche et une chaleureuse brise d'été venait efflorer sa chevelure au gré de ses envies. Il s'imaginait sourire avec douceur en regardant des fourmis qui passaient par-là, tenant entre leurs petites pattes de quoi vivre et de quoi nourrir leur reine, saluant parfois les jeunes abeilles en quête de pollen et de nouvelles choses.

Mais rapidement sa rêverie prit fin pour laisser place au grognement de douleur de l'autre détenue. Un regard noir, lourd de secret et de sens lui rappela qu'il ne devait jamais jouer avec le feu, car encore une fois il venait de se brûler et il allait le payer. Bien sûr dans ce genre d'endroit il était normal qu'il y ait des règlement de compte à tout va. C'était comme ça. La prison n'était pas un endroit de tranquillité pour des personnes qui avaient commis l'irréparable, mais un lieu semblable aux enfers, brûlant de ses flammes chacun pour les faire plonger l'un et l'autre dans un profond gouffre de douleur, de stresse et de mal-être. Judas, en entendant la voix d'un autre homme, se releva les jambes flageolantes avant de se retenir à un mur, sans même se rendre compte qu'il avait accepté la main qui lui était tendue, il la tenait bien pourtant, fermement, sans la lâcher. Aucun son n'était sortis de ses lippes, il n'avait pas l'envie de leur donner plus de satisfaction. Ils avaient son corps, ses blessures et ses cicatrices, mais ils n'allaient certainement pas avoir son esprit et ses pensées, car ils ne pouvaient pas atteindre cet endroit sacré. Son regard glissa sur la matraque qui venait de frapper l'autre, puis il s'ancra dans un gardien. Silencieusement il se mettait à le fixer, sans broncher, sans bouger ne serait-ce qu'un doigt. Peut-être lui aussi pouvait venir dans ses rêves et s'allonger dans l'herbe à ses côtés, peut-être...mais les rêves n'étaient pas des réalités, ils étaient que ses fantasmes préférés.

La main le quitta et un Zéphyr lui passa en travers. Comme un coup de revolver, un pan bien distinct qui lui traversa l'esprit, le corps, sans aucune difficulté. Pourquoi cette chaleur inconnue venait s'insinuer en lui en se mélangeant avec un sentiment de...d'une chose dont les mots ne semblaient pas venir. Légèrement affolé il se décala pour garder une distance de sécurité avec cet homme qu'il connaissait. En fin de compte, il connaissait beaucoup de gens sans pour autant les appercevoir dans son champ de vision. C'était un gardien qui passait souvent dans les couloirs, qu'il voyait quelques fois dans des endroits improbables, mais son prénom ne lui revenait pas. Il oubliait les prénoms, car ils ne sont que des parties infimes d'une identité, identité qu'il allait oublier un jour ou l'autre, car rien ne le retenait de s'en rappeler.

"Pensez-vous que le lièvre a le choix fasse aux loups ?"

Sa voix était sortie seule, sans que son cerveau lui dicte un ordre. C'était rare et son anglais semblait vibrer faiblement, de faute de laisser ses mots sur sa langue, de faute de ne pas les laisser sortir trop souvent. C'était enraillé, dur à prononcer pour lui, mais il l'avait fait pour une raison qui lui échappait et qu'il ne voulait pas savoir. C'était Judas après tout, la rationalité ne lui allait pas. D'un geste souple il balaya son corps de la poussière offerte par le sol et se contenta de se remettre à son aise, les pieds sur terre en quelque sorte. Cherchant une douleure par-ci par-là, mais ici tout manquait, sauf la douleur.

"Danke"  

Pointé là il étendait que le gardien bouge pour le suivre, car un court-circuit avait frappé son être et que plus rien ne semblait marcher correctement, même sa raison qui lui criait de ne pas le suivre il ne l'écoutait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Surveillance et risques.. [PV Judas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» risques de problème de dalle avec chape et chauffage au sol?
» Risques avec un vieux bac ?
» Nature : Les risques volcaniques
» risques avec lampe halogene?
» jouets et risques.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Établissement Pénitentiaire :: Le Hall :: Le Poste de Garde-