Partagez | 
 

 Caleb C. Jefferson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jefferson Caleb


avatar
• Date d'inscription : 22/01/2016
• Messages : 4



MessageSujet: Caleb C. Jefferson   Ven 22 Jan - 13:42






Caleb C. Jefferson



• Sexe ; Masculin
• Âge ; 29 ans.
• Origines ; Anglais/Américain
• Travail ; Gardien
• Sexualité ; Hétérosexuel (Du moins, c'est ce qu'il croit, mais shht...8D )
• Groupe ; Transcendant



• Ta musique préférée ; Englishman in New York
• Ton fétiche ; Mon lecteur CD.
• Dr Pepper ou Coca ; Argh, je n'aime pas toutes ces boissons surdosées de sucres...
• Grand ou petit ; Dans la moyenne.
• Ton habit préféré ; Mon ancien uniforme. Sinon un jean/chemise me convient parfaitement.
• Ta série préférée ; Je ne suis pas un grand amateur de séries...
• Tu aimes les concombres ? ; Oui, c'est un légume délicieux.~


Physique ;


Son physique. S'il fallait mettre Caleb dans une catégorie, il ferait surement partis des "basiques", des gens qui n'attirent pas particulièrement le regard, des "invisibles". Cet homme n'a vraiment rien de particulier, la seule chose qui lui offre une "popularité" chez la gente féminine est l'uniforme. L'esthétique est quelque chose de tellement superficiel et pourtant si important. Beaucoup penseront que Caleb fait tout pour plaire, mais loin de là. S'il fait du sport et entretient son physique d'athlète, c'est pour son travail. S'il fixe vos yeux de ses prunelles azurs, ce n'est pas pour sonder votre esprit ou tout autre idée romantique de demoiselles, mais uniquement par politesse et respect. Ses rares sourires légers sur ses fines lèvres n'ont rien de séducteur, ce sont juste des petits 'bonus" sur son visage inexpressif. D'ailleurs, en parlant de ça, vous le remarquerez rapidement: si l'on demande aux agents d'être neutres, impartial, Caleb l'est à l’extrême. Aucune expression sur son jeune visage ne trahira sa pensée. Faites le sourire, ce sera déjà beaucoup: et s'il venait à rire....Haha, non. Caleb ne sait pas rire.
Pour son corps, il n'y a rien à ajouter, vous le verrez de vous même.
Le seul élément qui pourrait mériter d'être décrit, c'est son regard. Azur, peu importe, mais l'air mélancolique qui l'occupe peut être saisissant. Bien que ce ne soit pas le cas, le jeune homme, s'il reste inexpressif, semble hanté par une profonde tristesse, ce qui se lit dans son regard. Mais il n'en est rien, n'ayez crainte. Enervez-le, vous pourrez observer cette "tristesse" s'estomper bien vite.
Outre ce détail, constatez que ses cheveux sont trop longs pour être gardien, mais c'est la seule chose pour laquelle il a toujours bataillé au sein de ses unités. Il les gardera ainsi, ses mèches brunes. Si besoin, un coup de gel, plaqué en arrière suffiras. Attention, quel rebelle.


Caractère ;


"Un coeur de glace dans un corps marqué au fer."

Cela résume en quelques mots la mentalité de Caleb.
Mais ne vous fixez pas un jugement trop radical: je n'ai nullement avoué que c'était un homme cruel et sans coeur. Il en possède un, il n'a simplement jamais été capable de l'écouter.
Le cadet Jefferson est aux premiers abords un homme tout à fait charmant, doux et serein. Bien que certains le jugeraient réservé et inexpressif, d'autres penseront juste qu'il est calme et posé. A chacun son opinion, mais ils n'ont pas tous tout à fait tord. Peut-être sont-ce ses années de vie qui ont lentement plongé cet homme dans un mutisme dérangeant. Ou alors est-il seulement quelqu'un de timide et réservé ? C'est uniquement en le côtoyant que vous pourrez déterminer qui est "Caleb".
Si on le décrirait d'enfantin, c'est principalement pour la raison suivante: S'il pouvait être un super-hero, il enfilerait une cape immédiatement. La justice, les forces de l'ordre, tout cet ensemble fait papillonner les yeux azurs du jeune homme. Et pour cause, prenant son histoire comme exemple, il ne veut laisser personne souffrir de la déchéance des autres. Pourquoi payer pour les erreurs des déchets de la société ? Les meurtriers, violeurs, voleurs, drogués... Ces gens-là ont fait leurs choix, ils se doivent de les assumer, même si ceux-ci les amènent à l’échafaud. Quel honneur y a-t-il à fuir ses propres bavures ? Fierté, Honneur, Responsabilité et Respect sont pour Caleb des principes fondamentaux pour aspirer à une vie exemplaire. Vous l'aurez compris, ce garçon est extrémiste dans sa façon de concevoir la société. Il dirige donc sa vie tout en suivant ces lignes de conduite, mais ne soyez pas inquiets, le brun n'est pas du genre à imposer sa façon de penser aux autres. Sauf s'il juge que cela est nécessaire dans certaines situations... Là, il affichera une toute autre mentalité bien moins agréable que sa timidité. Oui, cela est possible.~
Caleb n'est pas tout mignon tout rose non plus, c'était un officier avant de rejoindre le centre pénitentier. Têtu, autoritaire, d'une franchise à tout casser, notre ex petit flic peut se montrer terriblement agaçant. L'une des multiples causes de dispute entre son demi-frère et lui d'ailleurs... Ajoutez à ça que c'est un homme maladroit, trop dévoué et trop téméraire, trop impliqué, bref, TROP. Un vrai excessif. Quand il prend quelque chose à coeur, il ne fait pas de demi-mesure. Cela lui a d'ailleurs causé quelques soucis lorsqu'il travaillait: à toujours foncer tête baissée, il a manqué un bon nombre de fois de passer l'arme à gauche. Mais l'âge et l'expérience de la vie l'ont bien assagit, d'où sa montée rapide dans la hiérarchie.
Oh, pour finir, parlons de ce qui se trame vraiment au fond de lui. Un seul trait de caractère qui entrave le brun: Le manque de confiance en lui. Le pire de tous. Malgré son caractère fort, malgré son dévouement, si Caleb tombe sur quelqu'un qu'il considère de trop fort pour lui, il perdra tous ses moyens. Un débordement de situation et l'homme paniquera en jugeant ne pas pouvoir la contrôler: et c'est suite à ça qu'il quitta son poste tant aimé pour rejoindre la pénitence. Oui, ceci n'est vraiment pas adapté aux boulots qu'il effectue, mais bon, Le jeune Jefferson a tout de même toujours réussi à s'en sortir... Pourquoi cela changerait ?
Mais allons... Non, Caleb n'a pas que des mauvais côtés. Si vous engagez une conversation sérieuse avec lui (bien sûr, en évitant de parler de société et de délinquance...) il saura se montrer compréhensif et objectif. Apprenez à le connaître et cet homme sera d'une compagnie fortement agréable malgré sa froideur.
En dehors de sa mentalité, parlons de ce qu'il apprécie ou non....Ses goûts sont plutôt variés, à vrai dire. Caleb est un perfectionniste, il aime donc l'ordre, la propreté, l'organisation. Pas au point d'être maniaque -quoique-, mais si quelque chose traîne il le rangera dans l'instant qui suit. Ayant un gout prononcé pour la tranquillité, le brun ne se lasse jamais d'observer des dessins et peintures ou d'écouter de la musique, jazzy de préférence. C'est apaisant, et ça le déconnecte totalement de ce monde "impur". Cependant, les choses qu'il n'apprécie pas sont quelque peu nombreuses, il faut l'avouer. à vous de les découvrir.
Hormis cela, vous l'aurez compris, ce qui l'insupporte tout autant sont les personnes qui vivent dans l'anarchie, et plus encore les femmes. S'il aime se donner des grands airs, il perd toute maîtrise de lui quand il a affaire à une femme lui rappelant sa mère. C'est d'autant plus à cause d'elle qu'aujourd'hui Caleb souffre d'une peur phobique de l'étranglement. Mais bien sûr, réservé comme il l'est, il n'en a jamais parlé. A quoi bon ? Il n'irait certainement pas chez un psychologue, il en a assez vu pour toute une vie.


Histoire ;


"Le 29 Décembre 2015.
A mon frère;

Paris,

J'ai chaque jour l'impression d'avoir toujours vécu avec toi. Dans mon coeur, nous ne sommes pas demi-frères ; nous avons les mêmes parents, partageons le même foyer, possédons les mêmes souvenirs. Je suis à toi comme tu es à moi. Deux frères indissociables, qui resteront ensemble jusqu'au bout, jusqu'à la fin. Je nous imaginais bien... Dans une grande ville, toi cuisinier, moi tenant une petite boutique...Tout ça, j'en rêve constamment...
Mais même si, lors de mes moments d'égarement, j'aspire à ce genre de vie, je ne me fais pas d'illusions, ce n'est qu'une chimère. Car nous avons eu, tous les deux, un passé qui influence notre présent et cela sera immuable jusqu'au bout.

Je suis entré dans ta vie alors que nous n'avions qu'une petite dizaine d'années chacun, et tu as partagé avec moi ton existence et ton foyer. J'ai rempli mon coeur de souvenirs de toi. Mais je réalise aujourd'hui que tu ne sais rien de ma vie antérieure à notre rencontre. Je la déteste, cette histoire, car tu n'y figures pas : mais je ne veux plus avoir de secrets pour toi. Je sais que tu n'as jamais cherché à savoir ce qui s'était passé, mais même si cela t'est égal, te l'écrire me soulage.

Ma mère était serveuse dans un grand casino de Las Vegas, et c'est là qu'elle y a rencontré notre père. Un habitué sûrement. Ils se sont bien rapprochés, intimement, passant beaucoup de temps ensemble entre deux parties de Black Jack. Mais elle est finalement tombée enceinte... Je crois que Père a eu peur, et l'a quittée de crainte que cela atteigne votre foyer. Alors elle s'est senti effondrée, ma mère, et a voulu me garder comme souvenir de cet amour passé. Mais il est vrai que ni moi, ni père ne t'avons expliqué qui était cette femme.

Une serveuse, une prostituée, une droguée.
Elle m'a élevé comme son animal de compagnie, m'a éduqué comme on éduque un chiot. A deux dans son studio décrépit, bien digne d'elle. Je ne pourrais jamais te dire le jour de ma naissance, je ne l'ai jamais su. Je l'ai inventé, tout simplement, car jamais elle ne m'a déclaré à aucun hôpital et n'a jamais fêté mes anniversaires. Un accouchement clandestin, c'est bien comme cela qu'on appelle ce genre de chose ?

Je pense que tu connais les ravages que cause la drogue sur l'Homme...
Elle en était victime.
Une camée des bas quartiers, celle qui baise à tout va pour pouvoir se payer sa dose.
Elle parvenait tout de même à m'apporter ce qu'il me fallait pour vivre, mais je n'étais que secondaire dans sa vie. Son existence tournait autour de sa drogue et de notre père. Quelle s'empressa de retrouver, d'ailleurs.

Ce jour là je devais avoir un peu moins de dix ans, lorsqu'elle m'a traîné jusque chez toi. Je me souviens parfaitement de ce jour, je ne comprenais pas pourquoi elle allait toquer chez une famille pour crier après l'homme. Je n'ai entendu que des cris, tout ce dont je souhaitais était de me boucher les oreilles pour ne plus les entendre. Puis elle m'a ramené à la maison après ça, furieuse comme je ne l'avais jamais vu. Sauf que je la connaissais, ma mère: lorsqu'elle était agacée comme ça, c'est quelle était en manque de sa poudre blanche...
Alors je l'ai jetée. Pour son bien. Pour qu'on puisse vivre comme cette famille à qui nous avions rendu visite, et j'avais bien compris malgré mon jeune âge que c'était cette poudre qui gâchait toutes mes chances d'être heureux.


Vidé dans les chiottes, son paquet de coke.
J'étais fier de moi lorsque je l'ai vu le chercher partout, retourner la maison à la recherche de la moindre pincée de poudre. Jusqu'à ce que ce soit contre moi qu'elle se retourne. Pas dupe, elle a vite compris que je n'y étais pas pour rien.
Comme un chien. Elle m'a frappé, Paris, comme on bat un chien qui n'écoute pas. Et elle hurlait, m'ordonnant de lui dire où se trouvait sa dose ; que voulais-tu que je fasses...? Je me suis tût, ravalant mes sanglots, accusant les coups, comme à chacune de ses crises de nerfs. Mais voilà, contrairement à d'habitude, elle ne s'est pas arrêtée, j'ai donc du finir par lui avouer que je l'avais jetée, sa précieuse poudre.
Alors son visage s'est décomposé, l'espace d'un instant, et j'ai finis par sentir ses mains agripper ma gorge.

Ma mère avait un air bien plus cruel que les monstres qui hantaient mes cauchemars. Et la pression sur mon cou se resserrait... Tu sais ce quelle m’a dit ? Qu'elle était la seule personne capable de m’aimer vraiment. Tout ça parce que j’avais des liens de sang avec elle - et malgré le temps, cette vérité reste immuable. Ensuite elle m’a hurlé que j'allais crever dans ce trou à rats, comme le bâtard que je suis. A chacune de ses paroles, je perdais un peu plus mon souffle, puis j'ai fini par perdre connaissance. Je me croyais mort, mais quand j'ai rouvert les yeux, c'était un homme qui était au dessus de moi. Un flic. Mes souvenirs se troublent à cet instant. Il y avait trop d'agitation autour de moi, trop de bruits assourdissants, c'est trop vague dans mon esprit pour que je t'explique ça.
En tout cas c'est dans l'ambulance qu'on m'a expliqué que c'était notre voisine qui avait prévenu la police, en entendant ma mère hurler. Je ne l'ai plus revue depuis cette soirée là.

La suite a été plutôt rapide, je t'épargne les détails: j'ai juste voyagé entre l’hôpital, le commissariat et le psy' avant de venir chez toi. Je sais ce que tu as dû penser de moi en me rencontrant pour la deuxième fois... Ne crois pas que ce fut un plaisir d'être présenté à vous comme le fils de ton père et de son ancienne maîtresse. De savoir que mon père avait une femme, un fils, un foyer.
Et pourtant, ils m'ont accueilli tes parents, avec une gentillesse hors du commun. Même ta mère, dont je me suis toujours méfié, n'a jamais été désagréable avec moi : pourtant, j'étais un bâtard, une pièce rapportée, le fils d'une pute qui avait charmé son mari.
Et toi... Bon sang. Même si nos débuts ont été difficiles, je t'ai tout de suite adoré. Toi, de deux ans mon aîné. Je t'admirais tant. Je t'enviais tant... Je t'ai terriblement aimé.
Puis, c'est avec joie que mes efforts ont porté leur fruit : tu t'es doucement attaché à moi, avant de devenir la personne la plus importante à mes yeux. Trop peut-être ...? Mes sentiments ont toujours été incertains, te concernant...

Bon sang, j'avais goûté à une vie calme et heureuse : telle était ma drogue. Je respirais votre joie, je me nourrissais de votre présence. Mais il a fallu que tout bascule, encore une fois. Le décès de ta mère. Je ne t'avais jamais vu aussi.... Malheureux. Atteint. Paris, j'ai tant souffert de te voir ainsi...

Je ne te mentirai pas, qu'elle soit là ou non, ça m'était égal : je ne pouvais plus supporter les femmes. Mais ce n'était visiblement pas ton cas, et tu es parti. Je n'ai rien compris, à ce moment là... Pourquoi nous avoir quitté, ton père et moi ? N'y avait-il que ta mère qui comptait pour toi, au final ? Sais-tu pendant combien de temps j'ai pu me poser cette question atroce ?
Je n'avais que 15 ans, bon sang. J'avais encore besoin d'un grand frère.
Qu'aurais-je dû faire d'autre, si ce n'est la même chose ? Vivre avec notre père m'était impossible: ne cherche pas à savoir pourquoi. J'ai alors commencé à travailler, à attendre ma majorité pour quitter ce logement étouffant en présence d'un père qui n'en était pas vraiment un. J'ai ensuite dû m'inscrire au concours de police...2,3 jours après ma majorité. Oui, impatient. Impatient de pouvoir partir, de travailler, de faire régner un ordre qui, à mon gout, manque trop dans ce triste monde.
Je t'épargne ensuite le récit de ma progression professionnelle: j'ai toujours été têtu, bosseur, ce qui m'a permis de vite monter les échelons au fils des années. J'ai rencontré une femme, charmante, douce, celle qui m'a tiré loin de ma colère envers ce sexe.
Mais j'ai chuté, Paris. Au bout de 2 ans de vie commune, j'ai tout foiré. Comment pouvais-je conserver un foyer et être un bon père alors que les seuls modèles que j'ai eut était de vraies pourritures ? Est-ce que je méritais vraiment la gentillesse de ma femme, moi qui ne parvenait pas à exprimer mon amour pour notre fils ? Et si je devenais comme mes parents ? Je ne pourrais pas supporter de leur faire du mal. Alors j'ai travaillé. Sans cesse, pour progresser, pour leur apporter de l'argent, à défaut de savoir m’ouvrir avec eux. Pitoyable n'est-ce pas ? C'est aussi ce qu'à pensé Sophia, parce qu'elle a demandé le divorce peu après mon passage à l'échelon d'Officier.
Soit. Elle avait raison, ma foi, je n'étais pas fait pour posséder une famille, elle n'a fait que se protéger et protéger notre enfant, je ne peux que la comprendre. Qui aimerait vivre avec un homme comme aussi expressif qu'un pantin de bois ?
Mais malgré cela, malgré mon détachement, cela restait douloureux: car je sais qu'au fond de moi, je les aimais, elle qui m'avait réconcilié avec les femmes, et l'enfant, ma chair, que je chérissais au point de ne pas vouloir le toucher pour ne pas lui faire de mal. Cette ville contenait trop de souvenirs pour que je reste, il fallait que je sois muté ailleurs. Mais je ne parvenais plus à travailler, à être l'homme qui avait tant réussit professionnellement: Et puis j'ai fais une erreur lors d'une mission. Tu me diras, l'erreur est humaine: mais on ne peut pas se permettre d'en faire, pas dans mon boulot. Alors j'ai démissionné: peut-être une décision trop radicale, mais nécéssaire. Et puis un ami m'avait parlé d'un poste dans cette prison, Luriguancho... Apparemment l'ordre n'y est plus: que demander de mieux pour un ancien Officier borné comme moi ? ~
Paris. J'espère que tout va bien pour toi.
J'attend toujours une lettre, un signe de ta part. Montre-moi que je me fais des idées, et que tu es bel et bien vivant.
Ton frère.   Caleb Christopher Jefferson."





TON PSEUDO ;
Kael

• Comment es-tu là ; Du bouche à oreille !
• Code ; ....Omfg, what the-.... Je me suis dit la même chose quand j'ai vu cette charmante phrase la première fois ♥ ← N'avait pas été averti du changement ee''
• Pays ; France
• Âge ; 23
• Sexe ; Volontiers !
• Cookies ou brownies ; Erk, ni l'un ni l'autre..!
• Yaoi ou Yuri ; YAmete Oshiri ga Itai...!
• Avatar utilisé ;
un Original, d'Himeichiko

© Flyremoon.



Dernière édition par Jefferson Caleb le Ven 22 Jan - 15:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blair Vladimir

Détenu

Détenu
avatar
• Date d'inscription : 18/09/2015
• Messages : 4
• Piercings et tatouages : Aux oreilles.



MessageSujet: Re: Caleb C. Jefferson   Ven 22 Jan - 13:45

AWWWWWWWWN ♡
Bienvenue petit écureuil de mon coeur <3 Blblblblbl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jefferson Caleb


avatar
• Date d'inscription : 22/01/2016
• Messages : 4



MessageSujet: Re: Caleb C. Jefferson   Ven 22 Jan - 13:51

Merci BeauGosse borgne ! B) ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vsevolod Varlaam

Personnel

Personnel
avatar
► Theme song : Monster, Imagine Dragons
► DC : Symington Clyde, Guarnicionero J. Piero & Steesen Morten
• Date d'inscription : 20/03/2015
• Messages : 131
• Piercings et tatouages : Je n'en ai pas, mais j'ai bien des cicatrices pour compenser.



MessageSujet: Re: Caleb C. Jefferson   Ven 22 Jan - 17:08


À mon tour, je te souhaite la bienvenue parmi nous ♥

Alors, je t'annonce sans plus tarder que tu es validey! \oAo/ Le seul petit bémol que j'aurai à formuler, c'est que je n'ai pas pu profiter pleinement de ta plume =3='' (Il faut admettre que je tente tout de même d'écouter un tant soit peu mon professeur). J'avoue sans mal que j'ai adoré ta fiche, je me suis délectée de chaque tournure de phrase. Elles ont une petite résonance, consonance, que j'apprécie beaucoup et qui, par la même occasion, me charment. Ta fiche n'était ni longue ni courte, ayant un parfait équilibre. En aucun cas ai-je trouvé ma lecture pénible, longue. Au contraire! Je l'ai dévorée. Ton personnage est bien recherché, il possède toutes ces petites facettes qui font de lui un humain complexe. De même, j'ai beaucoup aimé ta façon d’emmener son histoire. Au passage, je l'ai elle aussi trouvée originale et tout aussi complète. Par contre, il y a tout de même un petit hic que je ne suis pas sûr d'avoir saisi (fort possible que je l'ai manqué, vu comment je lis en cours ← Mauvais élève). Si j'ai bien compris, il a vécu à Las Vegas (du moins, avec sa mère), donc aux États-Unis. Puis, vers la fin de l'histoire, un de ses amis lui fait part d'un poste de Luriguancho au Pérou. C'est bien exact? Bref, je voulais seulement savoir s'il parlait l'Espagnole et je me suis dit, du coup, qu'il déménagerait certainement? Il ne s'agit que d'un petit détail dont la réponse peut être postée à la suite de ce message. Je ne vais pas faire tarder ta validation pour si peu! èwé/

Le jeu t'es désormais ouvert, mais n'oublie toutefois pas de recenser ton avatar ICI et de recenser ton poste ICI, de demander ton logement ICI et un rang personnalisé si tu le désires ICI.  

Sur ce, au plaisir de se croiser en CB ou in rp! ♥ *Retourne écouter.*

P.S: Superbe description physique. Ça lui donne des airs bien sexy au monsieur êwê

•.......•

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jefferson Caleb


avatar
• Date d'inscription : 22/01/2016
• Messages : 4



MessageSujet: Re: Caleb C. Jefferson   Ven 22 Jan - 20:13

Omg omg merci... ♥
Je suis vraiment flatté que mon texte t'ai plu, c'est le meilleur compliment que je pouvais avoir ! **
Alors alors oui, j'ai pas décris ça, je n'y ai pas pensé mais Caleb, de part son travail, à eut pas mal de mutations à gauche et à droite (donc beaucoup de déménagements) et c'est vraiment un homme studieux; il a donc apprit plusieurs langues plus ou moins bien. D:
Je n'ai pas trop réfléchis à ce détail à la base donc je ne l'ai pas précisé, mais c'est bien son style de parler anglais, espagnol, français... ♫
Bref merci encore, et j'espère vite te croiser ! ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guarnicionero J. Piero

Détenu

Détenu
avatar
► DC : Symington Clyde & Vsevolod Varlaam
• Date d'inscription : 13/04/2015
• Messages : 81
• Piercings et tatouages : Une larme sur la joue gauche, une étoile sur la joue droite de tatouées. Côté piercing, il n'y a bien que mes oreilles.



MessageSujet: Re: Caleb C. Jefferson   Ven 22 Jan - 21:09


Merci pour les petites précisions ♥

Et je l'ai réellement aimé ;) Enfin! Tu es officiellement validé et j'espère que tu te plairas parmi nous comme tu y passeras un bon moment.

Ne sommes-nous pas chanceux? On se croise déjà en CB ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Caleb C. Jefferson   

Revenir en haut Aller en bas
 

Caleb C. Jefferson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ansel Elgort - Caleb Prior
» PAIRCUI et SAMY en promenade
» Caleb le grand lab du repaire de Sasha
» Achat montre antony
» Le marteau de Thor créé par Caleb Kraft

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Panthéon :: Casiers Judiciaires :: Registre-