Partagez | 
 

 Rendez-vous chez le psy [ft Kennan♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité




MessageSujet: Rendez-vous chez le psy [ft Kennan♥]   Dim 1 Nov - 0:44



 
Dangerous or crazy ?



With Kennan Bovary
- Hakuna matata ! Hakuna matata !Ces mots signifiiiieennt... que tu vivras ta viiii-iiie ! Sans aucun- ♫

-Silence !


- Soucis... D'philosophiiiie ! Hakuna matata...♫


- LA FERME.


Un rire sarcastique résonna dans la petite pièce bien gardée. Fermée à clé, son état était déplorable. Sur les murs, l'on pouvait distinguer quelque tag et signature certainement laissés par les précédents détenus enfermés ici. On lisait par exemple, dans un coin de la pièce « l'ennui porte conseil », et dans un autre « fuck your mum♥ ». Adrian se plaisait à lire tous ces petits messages laissés là, s'imaginant sans doute au cours de sa lecture, quelle genre de phrase pourrait-il écrire à son tour s'il trouvait de quoi se mettre à l’œuvre. Éclairé par la faible et pâle lumière du néon mal fixé au dessus de lui, le jeune homme scrutait la porte en marmonnant quelque chansons cultes. La plupart étaient extraites de films dont il avait gardé bon souvenir, notamment ceux de son enfance. Mais il lui arrivait, quand l'envie d'énerver le gardien auprès de sa porte le prenait, de transformer les paroles douces et innocentes de ces musique en quelque chose de malsain et vulgaire. Dans tous les cas, Adrian tuait le temps du mieux qu'il le pouvait et cela n'arrangeait en aucun cas l'homme chargé de le surveiller, dont la patience s'avérait digne des plus grands sages.

Il faut dire que dans cette minuscule salle flottait une forte odeur de renfermé, mêlée parfois à des relents d'urine ou de transpiration ; de plus, l'unique ouverture constituée d'un petit rectangle de grillage fort rouillé, se trouvait au centre d'une porte blindée : unique sortie de la pièce. Assis sur un matelas couvert de multiples tâches de sang ou bien non identifiées, le détenu entama une mélodie quelconque en sifflant, rythmée par des pas lourds et décidés semblant se diriger vers sa cellule d'isolement.

Il releva la tête quand les bruits parurent s'arrêter devant sa porte. Soudain cette dernière s'ouvrit brusquement, laissant apparaître deux autres gardiens qui fixaient le détenu, surpris.

-Ça fait une semaine ?


-Direction psychologue.


-Hein ?! Mais non ! C'est mort, j'suis pas un fou moi !

-Vous été prévenu... Allez ! On se bouge le cul !

-Hé nan mais moi je veux pas me faire hypnotiser ou quoi, hein ! J'en ai pas b'soin ! J'suis sain des baskets à la tête, moi !

-Si vous préférez faire un mois en isolation, ça peut se faire, Lorente !

À ces mots, le dit « Lorente » se leva en grognant, les sourcils levés, le regard baissé. Il trouvait cela ridicule. Et pourtant, il préférait ne pas rallonger ces périodes d'isolement. Dans le cas contraire, il aurait refusé catégoriquement, et c'est traîné de force qu'il serait parvenu jusqu'au cabinet du psychologue. Mais l'isolement avait pour don de le calmer temporairement.

Menotté, il suivit les gardiens à travers la prison, pendant cinq bonnes minutes. Le plus chaleureux des deux fit d'ailleurs remarquer au détenu qu'il avait très mauvaise mine ; un coquard était en effet présent au niveau de son œil droit, son regard hautain agrémenté de cernes, et pour combler le tout, de discrètes traces sèches de sang qui semblaient avoir coulé de sa narine gauche jusqu'au bout de son menton relevé.

Il constata par lui même son apparence peu soignée dans le reflet d'une fenêtre relativement propre, signant leur arrivée dans le département médical. Une fois devant la porte du cabinet, l'un des deux gardiens s'en alla tandis que l'autre frappa à trois reprises avant de rentrer.

-Voilà. Celui là, il reste menotté pour le moment, ça vaut mieux. Surtout qu'il est sensé être en isolement... Enfin voilà, vous m'avez compris.

Le gardien laissa Adrian faire quelque pas dans la pièce et quitta les lieux avant de refermer la porte derrière lui. Quant au détenu, il toisa le psychologue, immobile, et adoptant une attitude se voulant hostile.
 


CODAGE DE LA FICHE PAR REIRA / EUPHEMIA
Revenir en haut Aller en bas
Bovary B. Kennan


avatar
► DC : Fabriny O. Kyllian, pour vous servir.
• Date d'inscription : 01/10/2015
• Messages : 7
• Piercings et tatouages : À vous de découvrir.



MessageSujet: Re: Rendez-vous chez le psy [ft Kennan♥]   Mer 2 Déc - 19:59

Il s'embêtait comme un rat mort, tournant dans son bureau à l'instar d'un lion en cage. Kennan ne parvenait pas à rester assis plus de dix minutes sans bouger, il avait toujours le besoin impérieux de s'occuper les mains, de marcher, de ne pas rester statique. Ainsi, son ancien métier de policier lui avait fait oublier ces instants ennuyants à attendre que quelque chose de trépidant ne se passe. Travailler à Luriguancho avait agi sur lui comme une piqûre de rappel et, maintenant qu'il était engagé, pieds et poings liés, il ne pouvait faire plus que grommeler dans sa barbe. Il s'assit sur sa chaise à roulettes, s'appuyant sur le dossier avant de tourner avec comme un enfant, la tête rejetée vers l'arrière.

« Je m'emmerde. »

La chaise s'arrêta de pivoter. Le son de sa voix brisa l'atmosphère calme et paisible de l'endroit, un soupir agacé ne tardant pas à rejoindre ces quelques mots et ils semblèrent un instant rebondir contre les murs de la pièce. Kennan s'avachit sur sa chaise, les yeux dans le vide. Il aurait aimé sortir, fumer un bâton de cancer et profiter des chapes vespérales fraîches qu'amenait l'Hiver... mais il ne pouvait pas le faire. On l'avait averti à la dernière minute d'un patient de dernières minutes. Revenant à la réalité, il embrassa son bureau du regard, posant la main sur de nombreuses feuilles reliées par un trombone. Sur la première page, une photo de son prochain patient. Lorente Adrian. Âge : 21 ans. Sexe : M. Emprisonné pour homicides.

C'était décidément la seule chose qu'il avait en commun avec son ancien métier ; sa proximité avec des criminels. Au lieu de les pourchasser et d'analyser les traces qu'ils laissaient derrière eux, par manque de soin ou par envie morbide, Kennan se retrouvait maintenant à leur parler, à comprendre la provenance de ce que le peuple appellait « leurs tares ». Les criminels étant une minorité, il était donc tout à fait légitime de les pointer du doigt en les traitant de dépravés, de perturbateurs... Mais si, un jour, les criminels venaient à pulluler et se trouver en abondance, alors à ce moment-là, ces hommes seraient nommés « normalité ». Amusant comme la notion de banalité pouvait balancer.

Reposant le dossier avec le visage de son futur patient, - qui entre-nous n'avait pas l'air facile à vivre -, Kennan attrapa un stylo à bille et s'occupa quelques instants à le faire tourner entre ses doigts.
Toc toc toc.

Le bruit d'une personne toquant à la porte le fit sursauter, son stylo venant s'écraser avec violence sur le sol. Il se pencha pour le ramasser avant de se lever, saluant les gardes avec une politesse hypocrite. Kennan n'appréciait pas énormément certains employés de cette prison. Depuis son arrivée, son âme de policier criait à l'abus de pouvoir et il lui était parfois difficile d'assister à la corruption qui régnait en ces lieux. Mais il ne disait rien, sachant par expérience que fermer sa gueule était parfois bien mieux que s'immiscer dans ce qu'il ne nous regardait pas. Pourquoi avait-il accepter ce travail, déjà... ?

« Bien, merci. Vous pouvez nous laisser. »

Les gardes partirent sur cet échange de paroles plutôt froids, laissant le psychologue seul avec le loup. Pas qu'il fusse un agneau, loin de là, mais se retrouver en face d'un criminel lui faisait toujours drôle. Son visage ne s'éclaira pas d'un sourire tandis qu'il indique le bureau, ainsi que les quatre chaises, de la main gauche.

« Bonjour Adrian. Venez-vous asseoir ? À moins que vous ne préfériez jouer au porte-manteau ? »

Le regard méchant de son patient ne lui faisait ni chaud ni froid. Kennan lui répondait même d'un regard encore plus glacial, le défiant de ne bouger ne serait-ce qu'un petit doigt de pied hostile. Il s'approcha de son bureau, s'y adossant en observant Lorente. S'il ne parlait pas, ils allaient passer une bonne heure dans un silence de plomb. Il ne le força toutefois pas.

« Alors ? Qu'avez-vous fait pour finir en isolement ? J'espère que vous vous êtes bien amusé, au moins.... »

Sa phrase n'avait absolument rien de méchant ou de moqueur. Kennan souhaitait le brosser dans le sens du poil en entamant un sujet pouvant l'intéresser. Après tout, qui n'appréciait pas de parler de ses méfaits, ou alors de se plaindre ? Il espérait que Lorente ne déroge pas à la règle et se montre un peu plus bavard qu'une porte de prison....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Rendez-vous chez le psy [ft Kennan♥]   Dim 3 Jan - 21:01



 
Dangerous or crazy ?



With Kennan Bovary


Adrian décrocha un sourire face au regard hostile que lui rendait le psychologue. Il sembla l’interpréter comme une provocation, et haussa les sourcils en tirant la langue d'un air dédaigneux. Ainsi, il ressemblait un peu à un enfant dans le corps d'un adulte, si ce n'était pas déjà le cas.
Il avait par ailleurs l'impression de se retrouver au collège, dans le bureau du proviseur. Il faut dire que le fait de voir un homme avec un air mécontent derrière un bureau lui rappelait bien des souvenirs de cette époque. C'était il y a longtemps, cette période où il semblait encore  croire en l'avenir, avant de tout gâcher en quelque minutes...

C'est donc avec une certaine mélancolie, toute profonde et bien cachée derrière son visage cruel, qu'Adrian s'avança vers son interlocuteur, avant de donner un joli coup de pied dans une des chaises, comme il l'avait fait de nombreuses années auparavant, en hommage au passé.

"Je reste debout."

Encore une vieille coutume dont le détenu avait du mal à se défaire : désobéir, contredire, ou plutôt, faire ce qu'on veut, quand on veut, ou on veut. Cette habitude ne pouvait pas l'accompagner systématiquement à Luriguancho, et malgré ça, Adrian restait fidèle à lui même à la moindre occasion. C'est d'ailleurs ce qu'il aurait pu expliquer au psychologue, au vu des prochaines paroles de celui-ci.

"Vous savez, je fais pas mal d'aller-retour là-bas : en dehors, y-a toujours un petit merdeux pour me chercher et me trouver, et puis se faire défoncer. "

Il prit une pause. Ses menottes lui faisaient mal. Ça l'énervait. Il donna un nouveau coup de pied dans le bureau du doc' cette fois-ci, fronçant les sourcils.

"Mais qu'est-ce que ça peut vous faire, à vous ?! Je sais même pas pourquoi je suis là,  j'en ai rien à battre de votre gueule ! "

Il avait presque hurlé ses derniers mots, si bien qu'une fois le silence revenu, l'on entendait plus que son souffle rapide animant sa cage thoracique.

 


CODAGE DE LA FICHE PAR REIRA / EUPHEMIA
Revenir en haut Aller en bas
Bovary B. Kennan


avatar
► DC : Fabriny O. Kyllian, pour vous servir.
• Date d'inscription : 01/10/2015
• Messages : 7
• Piercings et tatouages : À vous de découvrir.



MessageSujet: Re: Rendez-vous chez le psy [ft Kennan♥]   Mer 6 Jan - 16:48

« Je reste debout.
- Si ça peut vous faire plaisir. »

Kennan n'entra pas dans le petit jeu de son patient et conserva un sang froid à toutes épreuves. Il le fixa avec condescendance ; décidément, on trouvait de tout dans les prisons. De violeurs d'enfants à de véritables gamins en passant par des pyromanes ou encore des schizophrènes, il s'agissait d'un repaire de rejetés de la société. Et en avisant l'homme qu'il avait en face de lui, il ne put s'empêcher de le penser inoffensif. Il n'avait l'air que d'un adolescent ayant grandi trop vite et anesthésiant ses problèmes à coups de poings. Guérir le mal par le mal pouvait s'avérer utile, parfois. Combattre des émotions fortes par des sensations possédant une profondeur semblable… c'était une chose que les humains faisaient plus souvent qu'ils ne le pensaient.

« Y a toujours un petit merdeux pour me charmer et me trouver, et puis se faire défoncer. »

Il retint une petite grimace au dernier mot, ne pouvant pas s'empêcher de penser à Nikolai. À sa vengeance personnelle et cruelle à l'égard de se patient ayant voulu s'amuser avec lui. Oh oui, ce bleuté allait regretter d'avoir voulu « le défoncer ».

Adrian se mit à hurler, ce qui attira forcément l'attention du psychologue sur lui. C'était à prévoir, malheureusement. Se levant de sa chaise, il se plaça face à lui.

« On me paie pour vous écouter, Adrian, voilà ce que " ça peut me faire ". »

Pourquoi ne pas jouer franc-jeu. Autant ne pas prendre des gants et faire entendre à ce gosse braillard la réalité. Le coup de pied qu'il donna contre le bureau fit soupirer le psychologue qui, tout en le replaçant correctement, posa sa main sur l'épaule de son patient. Il resta alerte aux moindres de ses gestes pour éviter de se recevoir un coup et, dans le pire, le maîtriser. Pour une fois que son métier précédent pouvait lui être utile en tant que psychologue !

« Calmez-vous ou ma façon de faire risquerait de vous déplaire. Vous êtes là pour apprendre à canaliser vos colères et éviter l'isolement encore une fois, je ne suis pas votre ennemi. Ce qui se raconte dans cette salle y reste. »

Lorente respirait fort, à l'instar d'un bœuf enragé. Sa cage thoracique s'élevait à chacune de ses inspirations et, au vu des blessures tuméfiant son visage, Kennan n'avait aucun doute qu'il n'était pas un bébé inoffensif. Mais lui non plus n'était pas un enfant de cœur. S'il continuait dans cette lancée, il allait le traîner dans la douche annexe à son bureau et le tremper d'eau froide afin de calmer ses ardeurs. En cas de dernier recours, il appellerait les gardes, même si cela le rebutait. Autant instaurer une relation franche entre son patient et lui, c'était le mieux à faire... et Kennan n'était pas un psychologue comme les autres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Rendez-vous chez le psy [ft Kennan♥]   Dim 27 Mar - 23:44



 
Dangerous or crazy ?



With Kennan Bovary


C'était maintenant la colère qui extirpait chaque souffle des poumons d'Adrian. Ils étaient lourds, bruyants, empreints d'une rage sans nom. A l'image d'un taureau prêt à charger, le détenu sentait peser en lui cette fièvre ardente, semblant emporter avec elle toute forme de tolérance et de douceur.
Une seule envie torturait son esprit complexe et agité : détruire, briser, tuer, anéantir. Pour lui, il s'agissait d'une simple évidence que de se laisser aller de cette manière brutale afin de satisfaire ses pulsions agressives. Le psychologue, néanmoins, semblait ne pas l'entendre de cette oreille ; il se redressa subitement, ce qui eut le don de réduire au silence les plaintes du rétif pendant quelque instants.

« On me paie pour vous écouter, Adrian, voilà ce que " ça peut me faire ". »

Il chercha quelque chose de pertinent à répliquer, quelque chose qui aurait pu d'avantage agacer son interlocuteur pour perturber ce dernier. Seulement, aucune inspiration ne vint à son secours. Le  détenu s'apprêtait donc à lancer une ridicule insulte en guise de réponse, mais fut interrompu par un geste soudain. Ses épaules se crispèrent quand il sentit la main du tatoué se poser sur sa personne et le jeune eut un très léger mouvement de recul. Adrian semblait pendant un instant avoir cru qu'on s'en prenait à lui ; son cœur rata un battement. Déconcerté, il écouta le psychologue.

« Calmez-vous ou ma façon de faire risquerait de vous déplaire. Vous êtes là pour apprendre à canaliser vos colères et éviter l'isolement encore une fois, je ne suis pas votre ennemi. Ce qui se raconte dans cette salle y reste. »


Lorente saisit la main du psy sans grande violence pour l'éloigner de son épaule. Empoignant ensuite une chaise qu'il plaça dans la direction opposée de Kennan, le jeune homme s'assit à califourchon, les bras croisés sur le dossier, et la tête calée sur ses poignets. Il fixait d'un air contrarié son interlocuteur, attendant une réaction de sa part.

« J'veux pas me calmer. »

Il passa sa main à travers ses cheveux secs et sales. Adrian n'était pas un pro de l'hygiène, loin de là. C'est pour cela que ses tâches de sang séchées restent longtemps visibles sur son visage ; il ne se lave pas systématiquement.

« ...On est sensé parler d'quoi, alors, doc ? »

Le détenu haussa un sourcil en prononçant ces paroles. Il avait décidé de coopérer jusqu'à ce que l'impatience vienne taquiner son humeur lunatique.

 


CODAGE DE LA FICHE PAR REIRA / EUPHEMIA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rendez-vous chez le psy [ft Kennan♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rendez-vous chez le psy [ft Kennan♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 11 eme rendez-vous éthologique à la cense
» d.couvertes au rendez-vous horticole jbm 24 mai 2008
» Le rendez vous est pris....
» Rendez-vous équestres de Chambord
» Rendez-vous Vétérinaire pour Sevan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Établissement Pénitentiaire :: L'Infirmerie :: Le Cabinet du Psychologue-