Partagez | 
 

 Parfois je me demande ce qu’ils peuvent bien avoir dans la tête… leurs neurones font-ils au moins synapses ou c’est juste de la décoration? – Clarence Reed, Ph.D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reed Clarence


avatar
► Theme song : Foo Fighters - Everlong; Pink Floyd - Time
• Date d'inscription : 24/10/2015
• Messages : 22
• Piercings et tatouages : Son cou ainsi que ses épaules sont entièrement tatoués tout comme ses omoplates, et il porte des écarteurs au lobe de ses oreilles.



MessageSujet: Parfois je me demande ce qu’ils peuvent bien avoir dans la tête… leurs neurones font-ils au moins synapses ou c’est juste de la décoration? – Clarence Reed, Ph.D   Sam 24 Oct - 19:31






Reed Clarence



• Sexe ; M
• Âge ; 32 ans
• Origine ; Canadien
• Travail ; Neuropsychologue
• Sexualité ;Hétéro
• Groupe ; Transcendants


• Ta musique préférée ; Le rock en général lui plait particulièrement.
• Ton fétiche ; Un fin bracelet de macramé que sa fille lui a confectionné récemment. Il le porte tout le temps depuis.
• Dr Pepper ou Coca ; Non merci; café svp.
• Grand ou petit ; …à quoi vous faites référence?
• Ton habit préféré ; Un jean agencé avec une chemise ou un T-shirt.
• Ta série préférée ; Nette préférence pour les jeux vidéo.
• Tu aimes les concombres ? ; …c'est une question piège?


Physique ;


Assis à l’ombre d’un arbre le dos vouté et la cigarette au bec, avec sa cravate dénouée sur les tatouages ornant son cou et ses épaules, il serait aisé de se méprendre en le confondant aux premiers abords avec un détenu. Malgré un CV imposant qui aurait pu lui conférer un air hautain, le neuropsychologue semble toujours conserver cet air de désinvolture se traduisant autant dans sa posture que par son expression faciale souvent difficile à déchiffrer derrière sa tignasse brune frôlant le noir. Longue et lisse, rasée autour de son oreille droite, cet amas de nœuds aime retomber sur son visage au teint relativement foncé, camouflant un regard pénétrant ancré dans des yeux coupés en amandes fines.
Des yeux certes froids, mais d’une vivacité incontestable lorsqu’on plonge notre regard dans le sien. Si ses prunelles grises semblent ternes, elles sont pourtant brillantes de savoir et d’intelligence. Bordées d’épais cils noirs où le contraste les met en valeur, il pourrait être difficile de soutenir trop longtemps son regard, peut-être à cause de la lucidité perçante qui y règne. Depuis ses douze ans, il est à noter que Clarence est atteint d’une myopie importante l’obligeant à porter ses lunettes de façon permanente. Sans sa monture de plastique noire et ses verres amincis déposés sur son nez étroit, il s’en trouve grandement handicapé.
D’une carrure assez standard, Clarence a les épaules carrées, une silhouette élancée  musclée finement pour une taille qui doit faire environ 1m80. Loin d’être vraiment sportif, c’est beaucoup plus à son métabolisme rapide qu’il doit sa minceur qu’à la quantité – maigre – d’exercices physiques qu’il pratique.


Caractère ;


La caractéristique prédominante de Clarence est sans aucun doute son calme naturel, sa désinvolture, sa tendance à rationaliser les choses pour ne pas paniquer et rester posé en tout temps. S’il peut avoir l’air froid aux premiers abords peut-être en raison du visage fermé qu’il affiche en quasi-permanence, c’est toutefois en se dévoilant à lui qu’on découvre alors un être infiniment rassurant justement par cette façon de rester serein, de vous écouter avec attention, sans jugement, et de vous répondre de mots francs, sans attente particulière. En présence de patient, il s’agit là d’un avantage énorme, puisqu’il est alors facile de faire confiance à cet homme, intuitivement.
Dans le cadre de son boulot, Clarence est particulièrement sérieux. Il aime que le travail soit bien fait et est travaillant. Lorsqu’il était doctorant, il lui arrivait bien trop souvent de passer la nuit entière à avancer ses travaux, sans voir l’heure passer… Jeune homme d’une intelligence prompte, sa façon de penser est également très logique. Il lui arrive fréquemment d’ignorer ses émotions, préférant largement faire confiance à sa tête plutôt qu’à son cœur… ce qui est peut-être contraignant quant à sa capacité à être heureux à long terme.

Clarence est relativement extraverti, au sens où plutôt que de rester dans sa bulle, il préfère socialiser avec les autres, sans nécessairement être extrêmement volubile. Il est plutôt facile à vivre, n’étant pas très exigent envers les autres. Toutefois, il a ce petit côté sarcastique qui peut être mal interprété et qui pourrait éventuellement lui mettre certaines personnes à dos. Il faut avouer qu’il a parfois tendance à pousser son ironie un peu trop loin, de façon pratiquement provocatrice. Comme s’il était un jeu de découvrir la fine limite de votre patience…
Parce que Clarence, au-delà de son travail et de son air sérieux, aime bien s’amuser, aussi. Bon confident, certes, mais aussi excellent compagnon le temps de prendre un verre, de fumer un joint, ou de boire un peu trop, troquant volontiers son air stoïque pour faire place à ce demi-sourire typique à ses lèvres. Il peut aisément se faire ce genre d’amis avec qui on oublie tout et on ne fait que s’amuser – c’est d’ailleurs à cette classe de relation qu’appartenait sa femme il y a bien longtemps, avant la naissance de leur fille. Toutefois, on peut noter qu’il est plus difficile pour Clarence de créer de véritables liens, de vrais amis, peut-être parce qu’il a du mal à mettre des mots sur ses émotions, et ne fait pas nécessairement assez confiance aux autres pour leur dévoiler ce qui vient du cœur.


Histoire ;


Ils étaient si loin, loin de tout. Loin dans la nuit, loin de leurs ennuis. Étendus sur une pelouse dans un parc, ils observaient un ciel étoilé si chatoyant qu’il était impossible de s’en défaire. Des milliers d’étincelles…
Leurs facultés cognitives brouillées par une douce odeur de cannabis qui flottait autour d’eux, la vie semblait désormais si facile. Clarence, enivrée par le joint qu’ils se partageaient, décrivait de ses doigts fins les arabesques de fumé qui dansaient au-dessus de leur tête, ce qui faisait ricaner Annette dont la tête était reposée sur la poitrine du garçon.

- On devrait se marier, avait soudainement déclaré Clarence entre deux bouffées de liberté.
- T’es malade, avait pouffé Annette, loin de pouvoir croire qu’il était sérieux.

Annette. Une copine, une amie avec qui il avait du plaisir, sans que ce ne soit vraiment du sérieux. Pourtant, ce soir-là, il avait l’impression que ses paroles faisaient du sens, plus que jamais.

- Penses-y Annette, toutes les bourses d’étude que pourrions obtenir… On n’aurait plus de problème d’argent, on pourrait déménager dans un plus bel appartement…
- Je veux bien croire Clarence, mais se marier… c’est quand même un engagement sérieux.
- Non justement, on n’aura qu’à demander le divorce quand le temps sera venu.
- T’es vraiment sérieux?
- Ouais.

Alors ils se marièrent, comme ça. Simplement.
Âgés tous les deux de 19 ans, amorçant à peine l’université, ils manquaient cruellement d’argent, payant d’eux-mêmes leurs études, leur appartement, leur nourriture; tout. Clarence n’avait jamais été très confortable dans sa propre famille. Depuis toujours, son père avait eu des problèmes d’alcool, ce qui le rendait difficilement abordable en surcroît de la violence dont il savait faire preuve. Clarence se rappelait que Margot, sa sœur aînée, avait déjà mentionnée qu’il avait été correct avant que leur mère ne meurt. N’ayant cependant pas survécu à son deuxième accouchement, elle laissa sa famille en deuil, avec une situation économique difficile. Margot avait toujours tenu son frère coupable de leur situation, ce qui pourrait expliquer une relation mauvaise entre eux deux. Un jour, elle avait même osé mentionner que si Clarence avait souvent de sérieux maux de crâne, c’était parce que leur défunte mère voulait le punir du haut des cieux (ce fut seulement des années plus tard que Clarence apprit qu’il était atteint d’algie vasculaire de la face, une forme rare de mal de tête sévère récurant, insupportable).
Se sentir chez soi dans une telle baraque était difficile. Ainsi, Clarence quitta le foyer familial relativement tôt, à 17 ans, afin d’emménager chez les parents d’Annette, jusqu’au jour où ils déménagèrent tous les deux en ville pour poursuivre leurs études. Sa relation avec Annette n’avait jamais été bien plus que de l’amitié intime à ses yeux. Mais un mariage semblait la solution idéale à leurs problèmes du moment.

Idéale, l’idée l’était. Ils avaient désormais de l’argent, ce qui permit à Clarence de poursuivre et compléter son baccalauréat en psychologie en toute tranquillité. Jeune homme sincèrement doué, il lui fut aisé d’accéder au doctorat de deuxième cycle en neuropsychologie clinique et expérimentale, même si le programme était contingenté. Depuis longtemps il était fasciné par le cerveau humain, et il comptait bien obtenir son diplôme dans le domaine.

Puis, un jour…

- Clarence… je suis enceinte.

Silence. Encore aujourd’hui, il se souvenait de cet instant : la gorgée amère de café qu’il avala de travers, ses mains pétrifiées qui laissèrent fuir sa cigarette sur le sol pour marquer à jamais le plancher… Ce regard terrifié et incertain qu’il lança à son amie, à elle qui, il n’arrivait à comprendre pourquoi, souriait naïvement…

- Enceinte… Pas de moi quand même…?
- Ben voyons Clarence, qui d’autre, avait-elle gloussé.

Tempête. Ils s’étaient chicanés. Fort. Longtemps. Parce qu’ils ne pouvaient pas avoir un enfant… c’était juste inconcevable. Jamais Clarence n’avait voulu d’enfant, et il n’allait jamais changer d’avis là-dessus. Lui qui commençait tout juste son doctorat en plus… Elle devait se faire avorter, c’était la seule solution…
Et elle qui ne comprenait pas! Qui le traitait d’égoïste! Après tout, ils s’étaient bien mariés…
Et lui en tremblait de rage. Mariés accessoirement, oui, ils l’étaient, mais il n’avait guère envie de fonder une famille, et pas avec elle!...

Pourtant Annette garda l’enfant, et Clarence ne put se résoudre à les abandonner. Ainsi, Andie naquit un 15 septembre, jour tant appréhendé par le jeune homme. Il n’avait jamais voulu d’enfant, certes parce que ses études lui tenaient à cœur, mais surtout parce qu’il ne pensait pas qu’il puisse être un bon père. Et s’il ne l’aimait pas? S’en occuperait-il tout de même correctement? Finirait-il comme son propre père, alcoolique et violent? Allait-il lui faire subir ce que lui-même avait subi?...
Mais cette puce, comme il aimait l’appeler, avait un pouvoir beaucoup plus grand sur lui qu’il ne l’aurait jamais pensé. C’était son trésor… il lui aurait offert la lune. S’il ferait un bon père, il n’en savait rien. Ce qu’il savait cependant, c’était que peu importe ce qui arriverait, il allait quand même l’aimer et faire de son mieux pour elle.

Clarence compléta son Ph.D. en neuropsychologie à 27 ans. Avare de connaissance, et peut-être aussi en réaction à un sentiment de manque de liberté, il décida de pousser ses études encore plus loin, amorçant un stage postdoctoral en neurologie au Pérou, où il enseigna pendant trois ans. Bien sûr, durant ces années, il visita régulièrement sa famille – Annette et Andie – au Canada, et ils vinrent même le rejoindre une fois ou deux au Pérou. Nonobstant ces rencontres régulières, cela ne fut néanmoins pas suffisant pour empêcher Clarence d’avoir une aventure avec une jeune Péruvienne, de surcroît une de ses étudiantes… Non pas que les aventures extraconjugales lui étaient peu familières – il n’était pas amoureux d’Annette – mais cette histoire-là, enivrante par son parfum aux effluves de liberté, avait guéri tant de maux enfouis.

De retour au Canada à 30 ans, détenteur d’un postdoctorat, ses études enfin complétées brillamment, il crut peut-être que les choses seraient différentes à la maison, qu’il pourrait enfin réellement faire sa vie avec sa famille. Il travaillait dans un hôpital à titre de neuropsychologue, faisait de la recherche dans ses temps libres… il avait tout pour être heureux. Pourtant, même après un an de cette vie tranquille, cette famille, sa famille… n’était pas la sienne. Détrompez-vous : Andie était le centre de son univers, il l’aimait profondément et ne l’abandonnerait jamais. Mais il voulait demander le divorce. Et Annette le prit très mal.

Clarence retourna au Pérou pour accepter un poste de neuropsychologue à Luriguancho. Cela fait maintenant un an qu’il y travaille, peut-être – paradoxalement – à la recherche de sa propre liberté. Ou alors fuit-il ses responsabilités…
Il voit Andie – âgée de neuf ans – aux deux mois environ, mais il Skype régulièrement avec elle. Quant à Annette, elle lui a demandé d’attendre encore quelques mois pour le divorce, histoire qu’elle se fasse doucement à l’idée… Clarence en fut quelque peu agacé, mais après tout, après toutes ces années, il lui semblait que la délivrance – était-ce réellement une libération qu’il attendait? – était proche.





Mésange ♫ ;


• Comment es-tu là ; Je m’apprêtais à m’inscrire sur l’un de vos partenaires, j’ai manqué d’inspiration, je suis tombée sur votre contexte et VOILÀ~
• Code ; Un peu plus et vous brisiez la nostalgie de mon enfance :O Désolé, désolé ♥
• Pays ; Québec, Canada
• Âge ; 22 ans
• Sexe ; F
• Cookies ou brownies ; C’est mal d’ouvrir mon appétit comme ça *o*
• Yaoi ou Yuri ; Et les hétéros on en fait quoi? :O
• Avatar utilisé ; Une œuvre de Nheira.

© Flyremoon.



Dernière édition par Reed Clarence le Lun 26 Oct - 14:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guarnicionero J. Piero

Détenu

Détenu
avatar
► DC : Symington Clyde & Vsevolod Varlaam
• Date d'inscription : 13/04/2015
• Messages : 81
• Piercings et tatouages : Une larme sur la joue gauche, une étoile sur la joue droite de tatouées. Côté piercing, il n'y a bien que mes oreilles.



MessageSujet: Re: Parfois je me demande ce qu’ils peuvent bien avoir dans la tête… leurs neurones font-ils au moins synapses ou c’est juste de la décoration? – Clarence Reed, Ph.D   Sam 24 Oct - 20:55


Bienvenue ici-bas ♥

Oh, une autre Québécoise *w* C'est bien ça! Nous envahirons le monde du rp, je suis certain! Quant aux hétéros... On tente de les convertir, surtout quand ils sont beaux à croquer? 8) /poutre/ Ahem. Bref, pour l'heure, j'ai bien aimé ta fiche, la lecture étant agréable et facile. Par ailleurs, j'ai aussi trouvé très intéressant son histoire, les folies de jeunesse qui, au final, se répercutent tout au long d'une vie. C'est bien emmené!

Je te souhaite donc bon courage pour le reste de ta fiche en espérant que tu te plairas parmi nous et passeras un bon moment en notre compagnie.

Sur ce, au plaisir de se croiser en cb ou in rp~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanagata Dahlia

Détenu

Détenu
avatar
► DC : Nope
• Date d'inscription : 17/02/2015
• Messages : 66



MessageSujet: Re: Parfois je me demande ce qu’ils peuvent bien avoir dans la tête… leurs neurones font-ils au moins synapses ou c’est juste de la décoration? – Clarence Reed, Ph.D   Sam 24 Oct - 21:09

Laisse moi les hétérosexuels Piero je les comblerais ♡
Bienvenue et bonne chance pour la suite ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reed Clarence


avatar
► Theme song : Foo Fighters - Everlong; Pink Floyd - Time
• Date d'inscription : 24/10/2015
• Messages : 22
• Piercings et tatouages : Son cou ainsi que ses épaules sont entièrement tatoués tout comme ses omoplates, et il porte des écarteurs au lobe de ses oreilles.



MessageSujet: Re: Parfois je me demande ce qu’ils peuvent bien avoir dans la tête… leurs neurones font-ils au moins synapses ou c’est juste de la décoration? – Clarence Reed, Ph.D   Lun 26 Oct - 4:42

Huhuhu ne-ne-non, vous n'allez pas corrompre mon petit Clarence quand même :O

Et merci, chères, pour l'accueil ♥

Sur ce, je pense bien que j'ai terminé ma fiche~
Je suis tannée de la retravailler alors certes, j'ai décidé que j'avais fini *BAF*
Non mais c'est vrai il est tard, je vais m'haïr demain matin en classe...
Je m'égare. Je suis hors sujet.
Bonne nuit ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guarnicionero J. Piero

Détenu

Détenu
avatar
► DC : Symington Clyde & Vsevolod Varlaam
• Date d'inscription : 13/04/2015
• Messages : 81
• Piercings et tatouages : Une larme sur la joue gauche, une étoile sur la joue droite de tatouées. Côté piercing, il n'y a bien que mes oreilles.



MessageSujet: Re: Parfois je me demande ce qu’ils peuvent bien avoir dans la tête… leurs neurones font-ils au moins synapses ou c’est juste de la décoration? – Clarence Reed, Ph.D   Lun 26 Oct - 17:37


Qui ne tente rien, n'a rien? ♥

Enfin, bref, je t'annonce que tu es validey \oAo/

Comme dit plus haut, j'avais bien aimé le début de ta fiche et je l'aime toujours autant une fois terminée! Clarence a une personnalité intéressante qu'il me tarde d'apercevoir évoluer au sein de Luriguancho, je suis certain que ce sera des plus fascinants.

Le jeu t'es désormais ouvert, mais n'oublie toutefois pas de recenser ton avatar ICI et de recenser ton poste ICI, de demander ton logement ICI et un rang personnalisé si tu le désires ICI.  

Sur ce, j'espère que tu te plairas parmi nous et passeras un agréable moment sur le forum! Au plaisir de se croiser en CB ou in rp ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Parfois je me demande ce qu’ils peuvent bien avoir dans la tête… leurs neurones font-ils au moins synapses ou c’est juste de la décoration? – Clarence Reed, Ph.D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les frères et soeurs peuvent ils avoir des bébés ?
» Vos animaux aussi peuvent avoir la grippe
» Est-ce que les lapins peuvent...
» les especes de mon aquarium peuvent-elles cohabiter
» Est-ce que deux oiseaux peuvent s'aimer dans le futur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Panthéon :: Casiers Judiciaires :: Registre-