Partagez | 
 

 Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eamon F. Ryan

Fondateur

Fondateur
avatar
► Theme song : Temposhark ; Irresistible.
► DC : Claus G. Jason & Holguin J. Faust.
• Date d'inscription : 28/05/2014
• Messages : 239
• Piercings et tatouages : Deux boucles d'oreille en or sur le lobe gauche, dont une qui a été arrachée et a laissé une cicatrice.



MessageSujet: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   Dim 4 Jan - 0:29





« Boucing up and down ♫♪ »






Ayant édité comme une débile, j'ai remplacé mon rp par l'autre et j'ai donc perdu la réponse. Désolé à ceux qui souhaitaient lire le premier :c




© Flyremoon.

•.......•




Dernière édition par Eamon F. Ryan le Jeu 22 Jan - 23:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ask.fm/Flyremoon
Tagliaferri C. Lorenzo

Administrateur

Administrateur
avatar
► Theme song : Of Monsters And Men - Little Talks
► DC : None.
• Date d'inscription : 28/07/2014
• Messages : 48
• Piercings et tatouages : Boucle d'or à l'oreille droite



MessageSujet: Re: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   Dim 4 Jan - 17:15




Ohw bouncing up and down, down






La solitude, l’obscurité, le silence. Tels étaient les ingrédients ponctuant la vie de chaque détenu une fois seul. Il est bien vrai que l’on pouvait briser ce silence et rompre la solitude en joignant un gang ou encore en allant cogner sur deux, trois types. Au final ça ne changeait pas grand-chose, on restait tout de même seul à se morfondre dans sa piaule.

C’est dans ce contexte que nous retrouvons notre Italien, seul dans sa cellule si spacieuse. A vrai dire, il adorait l’endroit uniquement pour sa situation. La cellule n’était pas trop éloignée des douches, ses voisins étaient des gens assez silencieux… Tout était fort calme et c’était bien. Il n’échangerait sa cellule pour rien au monde. Il s’étirait dans son lit, pensant à toutes ces choses quand un des gardiens l’interpella.

« Heh ! Pédophile ! Remballe tes affaires ! » Tonnait l’arrogant personnage.

Le balafré émit un grognement avant de se redresser pour observer le gardien. Encore un petit jeune qui joue les durs avec sa jolie matraque obtenue dans son kit du parfait petit gardien. Il lui adressa un sourire tout à fait ironique.

« Ah bon ? Tu veux dire que tu vas me sortir de là, Bobby ? C’est si aimable de ta part… »

Le gardien frappa comme un fou contre le grillage. N’aimant pas du tout la manière dont la vermine en cage lui parlait. Ses doigts se crispèrent sur la matraque. Il devait rester calme, ça ne servait à rien de s’énerver sur lui. L’Italien ne comprenait rien aux réprimandes de toutes manières. Il se contenta de poursuivre sans répondre.

« Changement de cellule, minable… Et arrêtes de m’appeler Bobby. »

Lorenzo se releva d’un coup en pestant, s’agrippant aux barreaux pour pouvoir s’entretenir avec le gardien. Sa cellule, il la garderait un point c’est tout.

« Bobby ! N’aies-je pas été un ami incroyable ? Tu ne peux pas me faire ça… On sera si loin l’un de l’autre ! »

« Ouais, comme ça t’arrêteras de me faire chier ! Remballe tes affaires, les sciento’s ont besoin de ta piaule le plus vite possible. »

C’est ainsi qu’en râlant et en insultant Bobby de tous les noms possibles et imaginables, il balançait tout dans ses valises. Sortant enfin pour pouvoir faire face au gardien qui allait l’accompagner jusque-là. Le dévisageant du regard. Sale Type va.
Tous deux se mirent en route vers la nouvelle cellule, Loren passait son temps à regarder les alentours. Bombardant de questions le gardien chargé de son déplacement.

« On sera bientôt là ? C’est plutôt aéré ? Les douches ne sont pas trop loin ? Est-ce qu’il y a de jolies filles dans l’coin ? Est-ce que tu peux me faire un massage du dos, je suis en train de mourir là. »

L’autorité se tourna en sa direction, affichant un regard sévère pour faire taire le balafré. Ils s’arrêtèrent devant une cellule. Le gardien prit la parole.

« Eamon ? Un nouvel arrivage pour toi, t'es plus seul dans ta cage. J'viens t'apporter un pote. Fallait qu'on le change pour des raisons diverses, autant remplir les cellules le plus possible. Y a des cas sociaux qui débarquent donc on a besoin de place. »

Loren pesta encore plus, il devrait se coltiner un petit colocataire en plus ? Génial… Il se tourna vers la cellule afin d’admirer le tordu avec lequel il était tombé. Il ne fut pas déçu, Monsieur Verdure en personne se trouvait là-dedans. Il afficha un sourire des plus radieux en s’adressant au gardien comme à un maitre d’hôtel.

« Vous pouvez me laisser Bobby… Je ne requiers plus votre aide. Repos soldat ! »

Le Bobby en question secoua la tête en soupirant. Ce type n’avait décidément aucun respect, mieux valait l’ignorer. Une fois le gardien parti, Loren se tourna vers Ryan. Un grand sourire victorieux aux lèvres se remémorant leur dernière rencontre.

« Hé hé ! La vie est mal faite non ? Nous voilà compagnons de cellule ! Quelle abominable chance… »

Son regard se traînait sur les diverses affaires du vert, la piaule était rangée de la meilleure manière qui soit. Celle d’un homme célibataire et viril. Il s’approcha du lit, jetant un œil sur celui du dessus. Lui aussi avait subi l’assaut du rangement. D’un grand geste il balaya les affaires de son compatriote pour déposer ses valises. Commençant à fredonner un petit air tout en déballant soigneusement ses affaires. Jetant parfois un petit coup d’œil au vert, amusé de la réaction qu’il pourrait avoir.

« Tu ne m’en veux pas si je m’installe, hm ? »





© Flyremoon.




Dernière édition par Tagliaferri C. Lorenzo le Mer 18 Fév - 22:48, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eamon F. Ryan

Fondateur

Fondateur
avatar
► Theme song : Temposhark ; Irresistible.
► DC : Claus G. Jason & Holguin J. Faust.
• Date d'inscription : 28/05/2014
• Messages : 239
• Piercings et tatouages : Deux boucles d'oreille en or sur le lobe gauche, dont une qui a été arrachée et a laissé une cicatrice.



MessageSujet: Re: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   Dim 4 Jan - 19:42





« Boucing up and down ♫♪ »







Tout ce que j'espérais, c'est de ne pas tomber sur quelqu'un d'imbécile. Ou pas un connard. Limite, quelqu'un de discret. Je soupirais tout en me redressant au moment où je voyais l'individu faire surface. Attendez, c'est du foutage de gueule là ? Ce truc, là, va faire partie de ma vie intime maintenant ? Et le voilà qui s'installait tranquille. Nan mais... Il se croyait vraiment tout permit, merde. Son sourire était là, ainsi que son regard qui me narguait de la plus belle manière qu'il soit.

La vie est mal faite... Tu l'as dit mon grand. Je pouvais observer ses mouvements jusqu'à ce qu'il aille jarter mes affaires de mon... Attends mais c'est une blague, mec ? Tu te fou de ma gueule ? Nan, mais, il était là, en train de siffloter comme si de rien était, en les balançant d'un coin à l'autre pour placer les siennes. En plus d'être Monsieur tout permit, il était envahissant ?

Si ça me dérangeait pas. Non, bien sûr, j'adore voir mes précieux objets se fracasser bien gentiment au sol. que j'allais y passer. Si.... Si ces gardes n'étaient pas intervenus.

« Oui, bienvenue. Non, ça ne me dérange pas voyons. J'adore voir mes trucs valser au sol. Mets-toi à l'aise... »

Alors que je soupirais d'énervement, je ramassais mes affaires tout en me demandant si sincèrement, je pouvais changer de cellule. Il était tranquillement en train de déballer ses fringues alors que je ramassais ce qui restait des miens.

« Tsk. T'as droit au lit et au reste de l'armoire, j'étais là en premier donc tu fais avec. Fais gaffe à mes trucs, ça serait gentil de ta part. »

Ce gars là pouvait pas rester tranquillement dans sa cellule, non ? Je dirigeais mon regard vers un des gardes qui passait par là, l'interceptant rapidement, histoire d'y voir un peu plus clair.

« Attendez, c'est une blague ? J'vais vraiment devoir me le coltiner ?

- Eh, ouais. Tu vois, on a besoin d'espace et vu qu'il s'adapte facilement à son environnement, on pensait l'mettre avec toi.

- Y a pas moyen d'un changement possible ? Nan mais regardez, il fou le bordel partout !

- Désolé mon gars, va falloir supporter. »

Je me retournais vers Lorenzo qui était en train d'installer son petit espace personnel, minutieusement en chantonnant comme un bien-heureux. J'avais franchement l'impression que tout le malheur du monde s'abattait sur moi. Fini les petits moments de plaisir solitaires dans un coin de mon lit et de mes revues. … Oh, merde. J'avais juste, là, à l'instant, plein de saloperies à planquer. Et c'était de SA faute, de sa PUTAIN DE VENUE.

Bon. Au pire il ne remarquerait rien. C'était planqué et ça n'en bougera pas, hormis le fait qu'il était en train de s'installer, cet abruti n'aurait pas l'idée de fouiller dans mes sacs... Et encore moins sous le lit.

Cet enfoiré d'Italien avait beau être bandant, horriblement attirant le tout en possédant une belle gueule, un corps d’apollon et une voix merveilleuse... J'avais une horrible envie de lui exploser les dents en plein dans le mur. Juste là, en face de lui.



© Flyremoon.

•.......•




Dernière édition par Eamon F. Ryan le Ven 22 Juil - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ask.fm/Flyremoon
Tagliaferri C. Lorenzo

Administrateur

Administrateur
avatar
► Theme song : Of Monsters And Men - Little Talks
► DC : None.
• Date d'inscription : 28/07/2014
• Messages : 48
• Piercings et tatouages : Boucle d'or à l'oreille droite



MessageSujet: Re: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   Dim 4 Jan - 20:58




Ohw bouncing up and down, down






Lorenzo ne s’occupait qu’à moitié du petit vert, d’ailleurs, on peut dire que le jeune semblait vert de rage. L’arrivée de son camarade n’avait pas l’air de lui plaire et c’était tant pis. L’Italien se fichait de ce que pouvait penser Ryan, on l’avait viré de son petit nid douillet pour le mettre avec la boule de nerf. Il pensait avoir autant le droit de se plaindre…

Justement. Se plaindre il allait le faire en se mettant le plus à l’aise possible. Si on ne peut pas changer les choses, autant rire un bon coup.

« Tsk. T'as droit au lit et au reste de l'armoire, j'étais là en premier donc tu fais avec. Fais gaffe à mes trucs, ça serait gentil de ta part. » Grondait le vert.

« D'acco-D'acc', mon p’tit gars » Lança la voix chantante de Loren tout en pliant une de ses chemises.

Il jeta un œil à l’armoire, ne pouvant s’empêcher de tout comparer à son ancienne chambre. Même son ancienne armoire lui semblait plus vaste, plus belle…. Et beaucoup moins encombrée par toute la camelote d’un autre. Lorenzo soupira en regardant avec intérêt la place. Il n’y avait aucune raison qu’il l’interdisait de changer un peu la disposition de l’armoire. L’Italien allait juste se rajouter un tout petit peu de place…

C’est ainsi que pendant que Ryan eu le dos tourné, l’armoire se changea en bordel phénoménal. Les affaires volaient dans tous les sens et Loren ne sut plus du tout comment ordonner tout ce foutoir.
Il soupirait d’agacement avant de se rendre compte. Ryan se tournait vers l’armoire et c’était vraiment l'enfer à l’intérieur.

Et merde. Le fouineur ferma la porte de l’armoire. Re-commençant à chantonner, l’air de rien. Bon Dieu, l’armoire était un champ de ruines et l’autre ahuri le regardait sans rien dire. D’ailleurs il faut croire qu’il était parti dans un genre de monologue intellectuel et être vachement préoccupé, car il ne bougeait pas d’un sourcil.

En s’avançant encore, il manqua de s’étaler à cause d’un déodorant. Ce truc était surement tombé alors qu’il essayait d’arranger l’armoire. Loren s’abaissa pour le ramasser et fut interpellé. Plus loin, en dessous du lit de Ryan se trouvait quelques affaires et l’Italien se faisait déjà sa petite idée sur ce que cette petite cachette contenait.

Attendant un moment d’inattention de la part du vert, il poussa la petite bonbonne jusqu’en dessous du lit en pestant. Essayant de dissimuler le fait que ce soit tout à fait volontaire. Il jeta un coup d’œil curieux en dessous du matelas avant de constater qu’il n'y voyait pas grand-chose. Ce que cela pouvait être sombre là-dessous.

« Bon sang, j’y vois rien. » se plaignait l’Italien.

Il balada une de ses mains en dessous du lit, agrippant quelque chose de forme rectangulaire. Il s’adressa à Ryan en un sourire qui se voulait le plus innocent possible. C’est vrai quoi, ce n’est pas comme s’il fouinait. Il cherchait juste son pauvre petit déodorant.

« Ah… Je crois que je l’ai attrapé. »

Dans un sourire triomphal il dévoila la bestiole, un parfait magazine pour adultes. L’Italien avait vu juste et ne pouvait pas s’empêcher de rire en regardant Ryan. Ce bouquin c'était tout sauf le genre de truc qu’on a envie de dévoiler à son nouveau colocataire.

« Bingo ! »

Loren ricanait avant de s’affaler sur le lit de Ryan, envoyant valdinguer quelques autres affaires. Commençant tranquillement à feuilleter le magazine tout en gardant un œil sur le vert. Il commença à rire un peu plus fort.

« Alors c’était pas des conneries, t’es vraiment 100 % pour les hommes ! »





© Flyremoon.




Dernière édition par Tagliaferri C. Lorenzo le Mer 18 Fév - 22:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eamon F. Ryan

Fondateur

Fondateur
avatar
► Theme song : Temposhark ; Irresistible.
► DC : Claus G. Jason & Holguin J. Faust.
• Date d'inscription : 28/05/2014
• Messages : 239
• Piercings et tatouages : Deux boucles d'oreille en or sur le lobe gauche, dont une qui a été arrachée et a laissé une cicatrice.



MessageSujet: Re: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   Dim 4 Jan - 22:52





« Boucing up and down ♫♪ »







Un bruit de métal contre le sol me ramena à la réalité. Je pouvais à présent observer le spécimen en voie d'extinction en train de rapidement refermer l'armoire. Qu'est-ce qu'il était en train de foutre là dedans, sérieux ? Il manqua même de trébucher contre un de mes déo... Mais il était en train de faire quoi bordel ! Attendez une seconde, il fait quoi au sol ce truc ?

J'allais définitivement perdre patience. Dans tous les sens du terme.

Massant mes tempes de mes doigts, je fermais les yeux en prenant une bonne inspiration. Garder son calme et soupirer un bon coup. En plus de manquer de s'étaler comme un crétin, il cherchait comme un gosse en manque d'aventure. Pendant ce temps, je me dirigeais vers l'armoire en la fixant.

J'ai peur de l'ouvrir.

Bon. Qui ne tente rien n'a rien... N'est-ce pas ? Mais au moment où j'allais ouvrir, je voyais cet abruti sans cervelle fouiller en dessous de mon lit. Non, non, non. Putain ! Sauf qu'au lieu de lâcher la poignée, je l'avais gardée dans ma main et avait ouvert la porte. En me retournant vers celle-ci, je vis les nombreuses affaires me tomber dessus au ralentit.

Mec, t'es mort.

Un chandail, des papiers, shampoing et petites babioles se retrouvaient maintenant au sol, le jonchant de toutes parts. J'avais prit soin de tout ranger la veille et voilà comment j'étais remercié. Merci, enfoiré. Sauf que ce qui me ramena sur Terre était le « Bingo ! » puis la suite de sa phrase.

… Il fallait qu'il trouve ça. Putain. J'étais définitivement mort de honte à cet instant précis. Bon, ouais, c'est pas comme si tout le monde devait savoir que j'étais homosexuel, mais là. LÀ.

« Dégage de mon lit et rends-moi ça bordel ! »

Lorenzo. Dieu que j'allais retenir ce prénom. Non seulement j'avais horriblement envie de m'envoyer en l'air avec ce canon ambulant mais j'avais aussi l’irrésistible envie de le tuer. Sauf que si on combine les deux, ça fait de moi un nécrophile refoulé. Et cette idée est loin de me plaire.

Son rire me mettait vraiment mal à l'aise. Je m'approchais de lui pour lui arracher le bouquin des mains mais une caisse tombée auparavant en décida autrement, mon pied droit trébuchant dessus.

Tuez moi.

Mon dieu, mais tuez moi. Je me retrouvais au sol, la main accrochée au sommier du lit alors que j'essayais de me redresser du mieux que je pouvais, le foudroyant du regard.

« T'as décidé de me pourrir la vie encore longtemps ? »



© Flyremoon.

•.......•




Dernière édition par Eamon F. Ryan le Ven 22 Juil - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ask.fm/Flyremoon
Tagliaferri C. Lorenzo

Administrateur

Administrateur
avatar
► Theme song : Of Monsters And Men - Little Talks
► DC : None.
• Date d'inscription : 28/07/2014
• Messages : 48
• Piercings et tatouages : Boucle d'or à l'oreille droite



MessageSujet: Re: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   Ven 9 Jan - 22:08




Ohw bouncing up and down, down







« Dégage de mon lit et rends-moi ça bordel ! »

Quitter le matelas lui semblait être une idée stupide. Le lit était bien trop confortable pour que l'Italien s’en aille maintenant. Celui-ci pensait avoir eu une journée éreintante et préférait rester bien au calme, bien au chaud pour lire.

Quand au magazine, c'était décidément une perle du monde des homosexuels. On pouvait dire que cher Ryan choisissait bien sa marchandise, aussi ignoble soit-elle. Les photographies étaient de qualité, les vêtements ou l’absence de ceux-ci bigrement bien mit en valeur et les couleurs attirantes au regard. Lorenzo s’imaginait le jeune lire ce genre documentation et commença à ricaner.
Il esquissa ensuite un sourire, répondant sans adresser un regard à la plante verte. Une toute petite réponse traduisant toute l’ironie et la moquerie dont faisait preuve notre Tagliatelle.

« Nope. »

A partir de cet instant, il ignora le jeune tout en continuant à farfouiller dans sa jolie petite revue. Combien de temps allait prendre le propriétaire du magazine pour péter un câble ? Il allait peut-être bientôt le savoir.

C’est alors qu’un grand bruit le fit sursauter, le détachant de sa charmante lecture. Il se tourna en direction du vacarme. Là, près de lui se tenait un Ryan entièrement couvert d’objets en tout genre. Cet imbécile avait ouvert l’armoire et subissait à présent sa sainte colère. Lorenzo ne put s’empêcher d’éclater de rire devant un tel spectacle.

Le plus vieux essayait de camoufler son fou rire quand il s'aperçut que le vert marchait dans sa direction, serrant les poings. Il semblait vraiment hors de lui et ça ne présageait rien de bon.
L’espèce de hyène rieuse italienne se redressa, utilisant le magazine de jardinage comme une sorte de bouclier.

« Voyons ! Verdure ! J’ai rien fait moi… Si tu cherches un responsable à tout ça, va voir l’armoire diabolique... Ouuh ~ »

Persuadé de recevoir au moins un coup de poing bien senti, il détourna le regard pour limiter les dégâts. C’est à ce moment que la malédiction de l’armoire frappa à nouveau, une des caisses qui barrait la route de Ryan venait de le faire chuter lourdement au sol. Celui-ci gisait désormais par terre comme une grosse andouille. Il s’était complètement ramassé et c’était magnifique. Si splendide que cela acheva Loren qui repartit dans son fou rire, se tenant les côtes tellement il riait fort.

Pendant ce temps, la plante tentait de de se redresser doucement, vacillant toujours un peu. Elle adressa un regard des plus noirs au joyeux fouteur de gueule.

« T'as décidé de me pourrir la vie encore longtemps ? »

Loren voulut répondre, mais il ricanait tellement fort qu’il manquait presque de s’étrangler en toussant. Il essuya les larmes qui lui avaient perlées aux coins des yeux et se tourna à nouveau sur le vert, manquant de retomber dans l’hilarité la plus totale. Il prit finalement la parole, d’une voix bien plus posée, haussant les épaules pour accentuer l'ironie.

« Navré de vous décevoir, princesse. »

Il agita ensuite le magazine devant ses yeux de Ryan, comme pour le narguer.

« Tu veux toujours que je te le rende ? …Bon… »

Loren semblait se résigner, jetant le magazine à la figure du propriétaire tout en se redressant du lit de celui-ci. La pièce allait peut-être enfin retrouver son calme.
Enfin...c’était sans compter sur notre balafré qui ,sans demander l’avis de qui que ce soit, commençait déjà à fouiller dans les autres affaires de Ryan. Tout cela en reprenant le petit chant horrible de tout à l’heure. Vidant sans aucune gêne les valises de notre bonne vieille Verdure.

« T’as pas d’autres affaires croustillantes là-dedans ? »





© Flyremoon.



•.......•



Dernière édition par Tagliaferri C. Lorenzo le Mer 18 Fév - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eamon F. Ryan

Fondateur

Fondateur
avatar
► Theme song : Temposhark ; Irresistible.
► DC : Claus G. Jason & Holguin J. Faust.
• Date d'inscription : 28/05/2014
• Messages : 239
• Piercings et tatouages : Deux boucles d'oreille en or sur le lobe gauche, dont une qui a été arrachée et a laissé une cicatrice.



MessageSujet: Re: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   Lun 12 Jan - 2:20





« Boucing up and down ♫♪ »






L'intonation de sa voix, son regard et son rire me mettait définitivement mal à l'aise. Une lueur jaune qui me fixe sournoisement, avant d'étirer son sourire étincelant face à ma maladresse. Ou plutôt au foutoir qu'il venait de foutre. Bordel. Je vivais tranquillement, j'faisais chier personne, je récurais les toilettes et j'revenais tout en cassant la gueule d'un ou deux détenus qui se croyaient supérieurs à moi. Mais...

En quelques secondes, cet attardé monumental venait de briser ce petit coin de paradis en quelques secondes et en balançant mes affaires à chaque coin de la pièce. Jésus, pourquoi me fais-tu ça ? … Oh, ah, j'oubliais. T'es mort.

Le pire dans tout ça, le PIRE, c'est que je le voyais dévorer mon incompréhension. Il se nourrit de ça le rustre. Ce dernier était d'ailleurs en train d'essuyer ses larmes. J'étais si drôle que ça ? Apparemment c'était le cas.

Cependant, je sentais la chaleur monter sur le haut de mes joues au surnom. Cet empaffé avait réussit à me faire rougir. Bon, c'était peu, mais c'était déjà de trop. Princesse, j'vais lui en foutre des « princesse ».

Il me nargue là ? Ouais, il joue. J'ai jamais aimé les Italiens. Tous des enflures qui pensent qu'à eux. Je pouvais voir le magasine se balader devant mes yeux, comme pour me dire « héééé, viens, prends moi je suis là. »

Sauf qu'avant de ne pouvoir le reprendre, je le revis de très près. Tellement près que je pouvais le sentir sur mon visage. Je reprenais mon bien et m'empressais de le reloger là où il devait rester, c'est à dire sous le lit.

« Putain. »

Je jurais. J'en avais marre. Deux secondes et il avait à nouveau le nez dans mes affaires. Je pouvais voir un caleçon tomber par ici, puis un pantalon par là... Hé, mais c'était plus mes fringues là ! Je rattrapais une dague avant qu'elle ne se fracasse au sol. Je pouvais reconnaître ces reliures entre mille. Si il continuait à fouiller là dedans j'allais...

« Fais gaffe, j'tiens à ce qu'il y a là dedans ! »

J'avais des souvenirs. Des trucs profonds, et... Des conneries que Kyllian avait foutu là. Je venais à peine de m'en rappeler. Ce lutin avait toujours eu de bonnes idées. Dont celle de caser des strings un peu partout dans ma chambre. Surtout quand à l'époque, j'attendais la visite de quelqu'un.

Et je savais qu'il m'avait laissé quelques surprises depuis. Sauf que j'avais jamais ouvert cette valise. C'était bien la première fois qu'elle s'ouvrait et il fallait que ça soit ce balafré qui s'en charge.

J'arrivais dans son dos et c'est là que je remarquais qu'il faisait une tête en plus que moi. Dieu, avant de crever, tu m'as lancé une malédiction ou quoi ? J'étais en train de récupérer mes babioles, avant de faire en sorte de reprendre mes biens.

Je poussais le plus grand, bien que ma force laissait à désirer avec ce genre de gabarit. Vert de rage -le premier qui se fend la poire à cause de cette phrase, je l'encastre dans le mur, j'explosais.

« Dégage de là, vas emmerder quelqu'un d'autre mais fou moi la paix. Merde ! Et referme cette foutue valise ! »

J'avais l'horrible et l’irrésistible envie de lui coller mon poing dans la gueule. Ou autre chose, mais ça, c'est une bien différente histoire. Comment pouvais-je haïr et désirer un homme à ce point ? Vouloir qu'il reste ou qu'il s'en aille ? Telle était la dure question qui me brûlait les lèvres. Mais pour l'instant, tout ce que je savais, c'est que cette chose allait me mener la vie dure.



© Flyremoon.

•.......•


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ask.fm/Flyremoon
Tagliaferri C. Lorenzo

Administrateur

Administrateur
avatar
► Theme song : Of Monsters And Men - Little Talks
► DC : None.
• Date d'inscription : 28/07/2014
• Messages : 48
• Piercings et tatouages : Boucle d'or à l'oreille droite



MessageSujet: Re: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   Mer 17 Aoû - 23:28




Ohw bouncing up and down, down






Notre italien était hilare, fouinant comme un véritable raton-laveur dans les affaires de son nouveau compagnon de cellule. Et, malgré les interjections énervées de ce dernier, il continuait sa basse besogne avec autant d'entrain qu'à son arrivée. Ricanant comme un putois, il faisait voler les affaires dans un coin de la pièce, envoyant valdinguer quelques petits souvenirs idiots et autres vieux vêtements. A vrai dire, Lorenzo n'était pas vraiment intéressé par tout ce bric-à-brac inutile. Tout ce qu'il pouvait espérer était de dénicher quelque chose d'utile à ses propres intérêts. Une arme peut-être, ou tout autre objet coupant. Même s'il n'aimait pas parler de racket, c'était tout ce qu'il comptait faire subir à ce pauvre Ryan.

-« Bon dieu, t'as vraiment un tas de bordel. Comment on a pu te laisser venir avec autant de trucs en prison ? »


Contrairement au détroussé, Loren était arrivé suffisamment léger. Possédant, pour toutes affaires, un gros sac pourvu du minimum vital. Ne pas s’encombrer était primordial si l'on ne voulait pas se faire voler, pas comme un certain vert. Tant pis pour lui ! Soupirant un instant, le balafré commençait à perdre espoir dans sa spéléologie. Cette valise était décidément sans valeur tellement son contenu était inintéressant. Il s'apprêtait à abandonner jusqu'à ce que son regard ne tombe sur un élément détonnant : un petit morceau de tissu rose flashy, joliment disposé en dessous d'un vieux cahier. Ignorant la vieillerie, le plus âgé tendit une main assurée pour choper la chose colorée.

Un string. Le genre de dessous que portent les strip-teaseuses en se dandinant en porte-jarretelles. Rose à paillettes surmontée dentelle, en plus. Le summum du kitch et du goût douteux. Restant un instant dubitatif devant une telle découverte, il se tourna ensuite vers Ryan qui n’avait cessé d’essayer de le pousser depuis tout ce temps.  Loren finit par articuler doucement, essayant de garder son sérieux malgré sa bouche déjà tordue par un sourire idiot.

-« Tu te fous de ma gueule, Verdure ? »

L’italien avait énormément de mal à contenir ses gloussements de vieille pie, venant agiter ladite culotte devant les yeux du vert sans la moindre once de pudeur. Après tout, c’était bien de sa faute de cacher ce genre de choses peu catholiques dans ses affaires. Bien que Lorenzo ne sache pas exactement à quoi cela pouvait servir à son compagnon de cellule, il ne pouvait s’empêcher de l’imaginer se trémousser comme une dévergondée devant son miroir. Cette pensée avait le don de le faire mourir de rire, intérieurement. Envoyant enfin valdinguer la lingerie au visage de son interlocuteur, il se retourna vers la valise avec un sourire encore plus élargi sur le visage. La fouille commençait réellement à être intéressante.

Et, c’est avec grand succès que Lorenzo déballa sans vergogne : Un bikini pour femme, une boite de capotes à la fraise, des hauts-talons à strass incroyablement exubérants et une petite carpe en plastique. Décidément, cette valise était une vraie caverne aux merveilles malsaines. Malheureusement, l’italien dû se résoudre à arrêter ses fouilles quand il sentit le jeune homme s’interposer une fois de plus entre lui et ses « précieuses » affaire. Quel rabat-joie.

Soudain, un bruit métallique le fit sursauter et se retourner vivement vers Ryan. Plissant les yeux, il le détailla un moment avant de s’attarder sur ce qu’il tenait fermement dans les mains depuis un moment. Une dague. Le voilà l’objet utile, celui qu’il recherchait avec tant d’acharnement dans cette fichue malle. En fait, il avait été à ses côtés depuis le début, tu parles d’un karma.

Ravalant sa salive, il se redressa pour dévisager le plus jeune qui, malgré son arme à la main, ne semblait pas encore vouloir en faire usage. Fronçant doucement les sourcils pour reprendre un air bien plus sérieux, il finit par s’approcher silencieusement de l’homme.

-« Hé… Tu sais…on va conclure un petit marché, ok ? »

Puis, dans le plus grand des calmes, il désigna la dague restée dans la paume de son compagnon de cellule. Lorenzo ne pouvait d’ailleurs pas détourner le regard de sa poignée finement travaillée, c’était une véritable œuvre d’art et une chance inouïe de pouvoir posséder un couteau à Luriguancho. Les gardiens étaient bien trop vigilants pour laisser passer ce genre de choses et beaucoup de détenus auraient tué pour pouvoir s’en approprier un. Ce qui était certain, c’était que Loren le voulait à tout prix. Mais avant de se ruer sur le jeunot, autant essayer d’employer la manière douce, pour commencer.

-« Ta dague et je fiche la paix à tes affaires. »





© Flyremoon.



•.......•

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eamon F. Ryan

Fondateur

Fondateur
avatar
► Theme song : Temposhark ; Irresistible.
► DC : Claus G. Jason & Holguin J. Faust.
• Date d'inscription : 28/05/2014
• Messages : 239
• Piercings et tatouages : Deux boucles d'oreille en or sur le lobe gauche, dont une qui a été arrachée et a laissé une cicatrice.



MessageSujet: Re: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   Ven 28 Oct - 4:43





« Boucing up and down ♫♪ »






Je n'avais jamais vu une bête aussi chiante que celle-ci. Certes, j'avais déjà vu des chats pot de colle et hargneux, des chiens qui te reniflent toute la sainte journée et des rats qui farfouillent dans tes affaires, mais jamais un mélange des trois. Retroussant la lèvre, je lui lançais un regard dédaigneux, fronçant les sourcils. J'avais l'impression que ma paisible journée se transformait en un véritable cauchemar et je n'osais même pas imaginer la suite de ce calvaire. Le soucis avec la réalité, c'est qu'on ne peut pas se réveiller, malheureusement. Car, vous voyez... En ce moment, j'aimerais m'enfoncer dix pieds sous terre. Non seulement il avait réussi à tomber sur les conneries de l'autre abruti, mais en plus de ça, ce n'était pas à moi. Jamais je ne porterais une chose aussi répugnante. Les teintes foncées sont bien plus agréables à l'oeil, pas cette sorte de ... fanfreluche. Semblant déboussolé à ses trouvailles, je passais une main dans l'arrière de mon crâne, tiquant à cet haïr qu'il arborait. J'avais la délicieuse tentation de lui faire ravaler son sourire, à ce crétin. Les soutifs n'étaient pas mieux et, haussant un sourcil, j'observais même les sachets de capotes. Depuis quand étaient-elles dans ma valise ?

« Toutes ces conneries ne m'appartiennent pas, mais à un abruti qui adore me pourrir la vie. »

Oh que oui. Je penserais à l'égorger lorsque je reverrais sa face de furet, tiens. Trop d'abrutis autour de moi qui ne sont pas foutus de me laisser respirer. Est-ce qu'un jour je pourrais être entouré de personnes ordinaires ? Visiblement, non. Mais, pour l'heure, j'en avais au farfadet qui se faisait une immense joie à éparpiller toutes ces conneries dans la chambre que j'avais préalablement rangée. L'envie de l'attraper par le collet et de l'encastrer dans les barreaux se faisait forte, mais je me retenais. Je n'étais pas suicidaire, surtout avec la dérouillée qu'il m'avait administrée. Le self-control était une chose précieuse, mon petit Ryan. Ne le perd surtout pas. Soufflant, je me disais qu'il finirait bien par arrêter à un moment où un autre. Bien que j'étais tenté de lui faire bouffer le string qu'il venait de balancer au dessus de son épaule. Je le voyais s'amuser avec mes nerfs, tandis que moi, j'essayais de faire en sorte qu'ils ne cèdent pas. Et ce, jusqu'à ce qu'il finisse par me lancer un regard curieux.

Redressant les yeux -ou plutôt, juste un- pour lui faire face, je ne comprenais pas la situation, avant de me rendre compte que Monsieur avait enfin décidé d'arrêter d'agir comme un gros gamin. Et c'est dans ce cas-ci que je me rendais compte que, malgré ma taille, il parvenait à faire une tête en plus que moi. Je n'avais été que rarement petit face à quelqu'un, alors il faudra bien que je m'y habitue un jour ou l'autre. Mais c'est à son coup d'oeil que je cru comprendre une partie de ses pensées. Non, mon vieux, t'auras jamais ça. En l'entendant, j'eus une petit rictus, celui qui tique et qui t'étire les lèvres en un sourire jaune. Il me pensait franchement aussi con ? Ce crétin avait déjà l'une de mes boucles d'oreilles, alors il n'aura rien d'autre. Et encore moins cette arme. Je n'en avais peut-être pas l'air, mais je n'étais pas le genre de gars qu'il fallait sous-estimer à ce propos.

« C'est quelque chose de bien trop précieux à mes yeux et pas un couteau pour faire joujou. Alors vas te trouver un pic à glace en cuisine et laisse ma dague en paix. »

Ma poigne s'était resserrée sur le petit fourreau, alors que dans ma poitrine, je sentais un poids. Ça se resserrait, encore et encore, jusqu'à remonter au niveau de ma gorge. Je savais qu'il ne plaisantait pas et je n'avais pas envie de me battre pour ça. J'étais raccroché à peu de souvenirs et c'est elle qui m'avait emmenée ici, alors je ne la quitterait certainement jamais. Tournant les talons, je ramassais les saloperies qu'il avait fait valser et, préalablement, je m'occupais de les trier dans un sac qui finirait certainement aux ordures. Je soupirais à chaque trouvaille, exaspéré. Au moins, l'Italien aura fait en sorte que je me débarrasse enfin de ces saloperies.

« Je préfère encore que tu me pourrisses la vie que tu ne touches à ça. Et, au passage, tu dois toujours me rendre quelque ce que tu m'as prit. »

Néanmoins, je ruminais. Je me ressassais les événements précédents. Je le revoyais, lui et son regard à en glacer le sang. Sincèrement, je n'étais pas à l'aise et j'espérais au moins qu'il ne cherche pas à être trop insistant à ce niveau là.



© Flyremoon.

•.......•


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ask.fm/Flyremoon
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ohw bouncing up and down, down ~ { With Loren. Ou Tagliatelle-san pour les intimes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» chimney x rubb eole
» Style vieillot ?
» les irish du 07 la famille s'agrandit
» Iceman en vente, autre article...
» A 50 ans si on a pas de Ralph Lauren on fait peine déclare Jacques ce gars là

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Établissement Pénitentiaire :: Les Cellules-